DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un coup porté à "l'urgence nationale" de Trump

Un coup porté à "l'urgence nationale" de Trump
Tous droits réservés
REUTERS/Jose Luis Gonzalez
Taille du texte Aa Aa

La construction du mur anti-migrants à la frontière mexicaine ne relève pas de l'urgence nationale. C'est la chambre des représentants américains qui le dit. Grâce au vote d'une résolution démocrate, avec 245 voix pour et 182 contre, les députés ont annulé la déclaration prise par Donald Trump le 15 février dernier.

Et la présidente de la chambre basse Nancy Pelosi s'en félicite :

"Nous n'allons pas donner à aucun président, qu'il soit démocrate ou républicain, un chèque en blanc pour détruire la constitution des Etats-Unis. Nous aurions manquer à nos devoirs en tant que membres du congrès si nous n'avions pas rejeté ce que le président propose. Il demande à chacun d'entre nous de tourner le dos au serment que nous avons prêté sur la Constitution des Etats-Unis."

Le sénat doit encore se prononcer sur cette résolution dans les prochains jours et il y a des chances qu'elle passe, car de plus en plus de Républicains expriment leur malaise face à la déclaration d'urgence nationale.

Si Donald Trump a décidé de contourner le Congrès, c'est parce que ce dernier ne lui attribuait qu'un quart du budget réclamé pour son mur.

En décrétant une "urgence nationale", Trump compte débloquer des fonds fédéraux et atteindre un budget total de huit milliards de dollars pour ériger ce mur. Objectif, selon lui, freiner l'immigration clandestine.

Ce décret a provoqué une immédiate levée de boucliers, dans l'opposition démocrate, mais aussi chez certains républicains qui y voient une atteinte grave aux prérogatives du Congrès, normalement responsable de l'attribution des fonds fédéraux.

En parallèle, une féroce bataille judiciaire a été lancée par 16 Etats américains, avec une plainte déposée devant un tribunal fédéral en Californie dès le 18 février. Elle pourrait remonter, à terme, jusqu'à la Cour suprême. Outre la question des pouvoirs présidentiels, c'est celle de la réalité de la "crise" migratoire et de "l'urgence" à la frontière qui pourrait être déterminante.

Cette bataille autour du financement du mur a déjà été la cause du 'shutdown' le plus long de l'histoire des Etats-Unis.