DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trump évite un nouveau "shutdown", mais veut son mur anti-migrants à tout prix

Trump évite un nouveau "shutdown", mais veut son mur anti-migrants à tout prix
@ Copyright :
REUTERS/Jose Luis Gonzalez
Taille du texte Aa Aa

Pour éviter une nouvelle paralysie partielle des administrations fédérales, Donald Trump a accepté la signature d'un compromis budgétaire, mais il compte déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière mexicaine. Et il aura le soutien du chef de la majorité républicaine au sénat, Mitch McConnel :

"J'ai parlé avec le président Trump, et je voudrais dire à tous mes collègues qu'il m'a indiqué qu'il se préparait à signer la loi de financement. Et il va déclarer l'urgence nationale en même temps. Et je lui ai indiqué que je me préparais à soutenir cette déclaration d'urgence nationale."

Mais cette procédure exceptionnelle qui autorise le président à contourner le congrès pour mobiliser des fonds hérisse de nombreux parlementaires qui parlent d'abus de pouvoir, de grave erreur... Si le blocage de cette déclaration par le congrès paraît toutefois difficile, des poursuites judiciaires pourraient en revanche être lancées pour la contrer.

La construction du mur anti-migrants était la grande promesse de campagne de Donald Trump et il lui manque toujours environ 4 milliards de dollars pour la réaliser.

Le désaccord entre la Maison Blanche et les démocrates avait déjà précipité en décembre les Etats-Unis dans le plus long "shutdown" de leur histoire, laissant quelque 800 000 fonctionnaires au chômage technique pendant 35 jours.

Donald Trump avait alors cédé, renonçant temporairement au mur pour sortir de l'impasse.

L'urgence nationale, qu'est ce que c'est ?

Une loi votée en 1976, le "National Emergencies Act", autorise le président des Etats-Unis à invoquer une "urgence" nationale pour activer des pouvoirs extraordinaires, qui permettraient à Donald Trump de contourner le Congrès en s'appuyant par exemple sur l'armée pour faire ériger le fameux mur.

Plusieurs présidents des Etats-Unis ont fait usage de ces dispositions, mais dans des circonstances différentes. George W. Bush avait notamment décrété l'urgence après les attentats du 11 septembre 2001 et Barack Obama en avait fait de même lors de l'épidémie de grippe H1N1.