DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Netanyahu dénonce une "chasse aux sorcières" face à une possible inculpation

Netanyahu dénonce une "chasse aux sorcières" face à une possible inculpation
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé jeudi la perspective d'être inculpé pour corruption comme relevant d'une "chasse aux sorcières" et d'un plan de ses adversaires pour renverser son gouvernement de droite.

M. Netanyahu, chef du parti de droite Likoud, s'est présenté comme la cible d'une campagne de calomnies sans précédent, et a assuré qu'il ne resterait rien au bout du compte des soupçons contre lui.

Il s'exprimait dans une déclaration télévisée après avoir été informé par le procureur général Avichaï Mandelblit de l'intention de ce dernier de l'inculper pour corruption, fraude et abus de confiance.

Cette annonce intervient en pleine campagne en vue des législatives anticipées du 9 avril. M. Netanyahu s'en est pris à ce qu'il appelle la "gauche" et qui, pour lui, comprend aussi la liste centriste de ses principaux challengers, Benny Gantz et Yaïr Lapid.

"La gauche sait parfaitement qu'elle ne peut pas nous battre dans les urnes, alors depuis trois ans elle mène une chasse aux sorcières sans précédent pour renverser le gouvernement de droite que je dirige et installer à sa place le gouvernement gauchiste de Lapid et Gantz", a-t-il dit.

"Ce château de cartes s'écroulera totalement après les élections", a-t-il ajouté en refoulant difficilement son émotion à l'évocation des épreuves endurées selon lui par sa famille.

"J'ai l'intention de continuer à vous servir en tant que Premier ministre pendant encore de nombreuses années".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.