DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En Europe, de fortes disparités dans la gestion de l'épidémie de grippe

En Europe, de fortes disparités dans la gestion de l'épidémie de grippe
Taille du texte Aa Aa

Comme chaque hiver, la question de la vaccination contre la grippe se pose en Europe. Alors que le virus n'a tué, pour l'heure, que 60 personnes en Pologne, l'épidémie frappe certains autres pays européens.

D'après Lidia Brydak, virologiste à l'institut polonais de santé publique, son pays "n'a pas de parapluie spécial contre le virus de la grippe", avec un "taux de vaccination contre la grippe à 3,4%" nous confie-t-elle.

La situation est plus préoccupante en Allemagne, en Hongrie, en Grèce ou même en France. Le ministère français de la santé comptabilise plus de 4000 décès depuis octobre 2018.

Un vaccin moins efficace

D'après la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn, le vaccin est moyennement efficace cette année car il doit couvrir deux virus en circulation. Malgré un taux de vaccination estimé fin novembre 2018 à près de 42% chez les personnes à risque, la France compte une surmortalité de 1.100 personnes "_par rapport à ce qui est attendu dans un mois norma_l", d'après la ministre française interrogée sur la radio privée Europe 1.

Mouvement anti-vaccin en Pologne

La ¨Pologne semble divisée face à l'utilisation des vaccins. Justyna Socha, membre de l'association de connaissance de la vaccination estime que le système de santé est "corrompu". La jeune femme se plaint que les décisions soient "prises au nom des citoyens", alors que le vaccin ne serait "pas nécessairement dans leur intérêt", mais plutôt dans "l'intérêt de l'industrie pharmaceutique".

Autre son de cloche de la part de Marcin Mikos, membre de l'association des médecin polonais, qui considère que les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants devraient "payer une assurance maladie plus élevée."

Alors que le virus de la grippe est encore très présent par endroit en Europe. la vigilance reste de rigueur avec ou sans vaccin. Les personnes de plus de 65 ans, les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes, les personnes souffrant de maladies chroniques, de diabète et de surcharge pondérale sont les plus exposées à la grippe.