Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Grève de l'école pour le climat dans 112 pays

Sydney, Australie, 15 mars 2019
Sydney, Australie, 15 mars 2019 -
Tous droits réservés
REUTERS/Swati Pandey
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

"La grève de l'école pour le climat", c'est aujourd'hui ... Des dizaines de milliers de jeunes dans le monde se sont préparés pour un autre Friday For Future

En Espagne, comme partout ailleurs, la semaine a été en partie consacrée à la préparation des pancartes. L'objectif est d'abord d'éveiller les consciences sur les changements climatiques :

"Parce que nous sommes ceux qui allons vivre les conséquences mais aussi ceux qui n'avons pas voix au chapitre à moins d'agir pour prévenir..."

Ce mouvement a débuté avec Greta Thunberg l'été dernier et ses sit-in devant le parlement de Stockholm. Depuis, des dizaines de milliers de jeunes lycéens ont rejoint la jeune fille Asperger dans son mouvement, notamment en Europe.

Tous réclament des actions immédiates comme l'application de l'accord de Paris qui vise à limiter le réchauffement climatique.

Son activisme a poussé trois députés de la gauche socialiste norvégienne à proposer sa candidature pour le Nobel de la Paix 2019. Nomination qu'elle acceptée avec joie et reconnaissance.

Les jeunes ne se mobilisent pas pour le climat seulement les vendredis. Il y a deux jours, une soixantaine de jeunes Européens du mouvement "Youth for Climate", avaient été invités à assister en tribune à un débat sur le changement climatique en plénière du Parlement européen. Une autre figure de cet activisme climatique, la Belge Anuna De Wever, 17 ans, avait regretté ne pas avoir pu s'exprimer devant les députés européens :

"L'une des choses que nous leur avons fait savoir, c'est que les experts climatiques ont les solutions que le politiciens réclament. Alors peut-être qu'au lieu de nous inviter, il faudrait inviter ces experts... Si vous écoutez les discours de nos politiciens, vous entendez l'urgence, mais dès qu'on se penche sur leurs actes, c'est comme s'il n'y avait jamais eu de crise climatique, parce qu'ils ne la traitent pas comme telle."

Les premières manifestations pour le climat ont déjà eu lieu en Océanie et en Asie.

REUTERS/Swati Pandey
Sydney, Australie, 15 mars 2019REUTERS/Swati Pandey

Cette "grève mondiale pour l'avenir" de ce vendredi est prévue "dans 2 000 lieux et 112 pays".

AAP Image/Lukas Coch/via REUTERS
Canberra, Australie, 15 mars 2019AAP Image/Lukas Coch/via REUTERS