PUBLICITÉ

Après ses propos islamophobes, un sénateur australien reçoit un œuf sur la tête

Après ses propos islamophobes, un sénateur australien reçoit un œuf sur la tête
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au lendemain des attentats de Christchurch, les propos islamophobes de Fraser Anning n'ont pas laissé indifférents... Pour exprimer sa révolte, un jeune homme a éclaté un œuf sur la tête du sénateur australien d'extrême droite.

PUBLICITÉ

Au lendemain des attentats de Christchurch, les propos islamophobes de Fraser Anning n'ont pas laissé indifférents... Pour exprimer sa révolte, un jeune homme a éclaté un œuf sur la tête du sénateur australien d'extrême droite.

Dans un communiqué, ce dernier avait imputé le carnage néo-zélandais au programme d'immigration du pays qui aurait, selon ses mots, "permis à des fanatiques musulmans d'immigrer en Nouvelle-Zélande". 

"S_i les musulmans sont aujourd'hui les victimes, ils sont généralement les auteurs_", avait ajouté le sénateur.

Ce n'est pas la première déclaration islamophobe et raciste de la part de Anning, qui avait préconisé une "solution finale" au problème de l'immigration il y a quelques mois.

"A la suite de cette abominable attaque terroriste, avec des problèmes d'immigration en toile de fond, ces attaques contre la foi musulmane, ces commentaires sont épouvantables et laids. Ils n'ont pas leur place en Australie", a dénoncé Scott Morison, Premier ministre australien.

La police a indiqué que le jeune homme de 17 ans, qui avait lancé l’œuf sur le sénateur et reçu plusieurs coups de sa part en réprimande, avait été relâché.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Attaque de Christchurch : le tireur, un Australien, "extrémiste de droite"

Massacres dans des mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande : 49 morts

Les Aborigènes d'Australie n'auront pas de "Voix", les électeurs ont dit "non" au référendum