Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Cyclone Idai : plus de 160 morts au Mozambique et au Zimbabwe

Cyclone Idai : plus de 160 morts au Mozambique et au Zimbabwe
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Installations électriques, arbres, toitures... Plus rien, ou presque, ne tient encore debout. Les dégâts sont considérables après le passage dévastateur du cyclone tropical Idai, au Zimbabwe et au Mozambique.

Plus de 160 personnes ont trouvé la mort dans ces deux pays et des dizaines de personnes sont encore portées disparues.

Avec des vents à 190 km/h, Idai, l'un des cyclones les plus puissants de l'océan indien depuis 10 ans, a tout balayé dans la province de Sofala au Mozambique.

"Ma maison a été réduite en miettes, avec tout ce qui est à l'intérieur. Mon antenne satellite aussi. Tout est détruit à cause du cyclone", raconte une habitante.

Coupés du monde

Rues et routes inondées, maisons éventrées, poteaux arrachés. A Beira, la deuxième ville du Mozambique, 500 000 habitants ont été virtuellement coupés du monde, sans électricité, téléphone ni aéroport. La ville serait détruite à 90% selon la Croix-Rouge.

dans cette région, les trombes d'eau se sont abattues sur de nombreux quartiers pauvres et ont noyé de nombreuses routes, prenant des habitants au piège.

"Soudain nous avons vu l'arrière de la voiture se soulever et les passagers ont été projetés à l'extérieur", raconte cet autre habitant. "S'ils ne savent pas nager, ils ont du dériver quelque part..."

Risques de noyade

Selon l'ONU, près de 10 000 personnes ont été en tout affectées par le cyclone.

Le porte-parole de l'OMS (Organisation mondiale pour la Santé), Christian Lindmeier, explique: “Après les inondations qui surviennent après des pluies diluviennes, il y a un grand risque de noyade, mais aussi des victimes qui risquent d'être écrasées."

"Dans l'eau cela peut conduire à propager des maladies. Et puis les conséquences à moyen et long terme, c'est l'impact sur les infrastructures et les services de santé".

Depuis le début du mois, le système dépressionnaire associé au cyclone a noyé le centre et le nord du Mozambique.

Avant le passage d'Idai, le bilan faisait déjà état de 66 morts, 17 000 déplacés et plus de 140 000 sinistrés.