Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le Brexit, vu par des Britanniques du Périgord

Vitrine d'un barbier britannique installé à Eymet (Dordogne)
Vitrine d'un barbier britannique installé à Eymet (Dordogne) -
Tous droits réservés
extrait d'un reportage AFP
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Dordogne, département du sud-ouest de la France. Un territoire qui abrite une importante colonie de Britanniques, attirés - entre autres - par la gastronomie et le climat. Illustration à Eymet, commune de 2600 habitants. 10% de la population est d'origine étrangère, venue en grande partie du Royaume-Uni.

Dans ce village d'Eymet, le Brexit est évidemment un sujet de conversation. On se désole des vicissitudes des débats à Londres. Et on s'inquiète, forcément un peu, pour la suite.

Adrian Cattermole est le gérant du Café des Arts. Ce Britannique est installé là depuis 4 ans.

« La seule chose qui préoccupe vraiment les Britanniques ici à Eymet, c’est le taux de change, commente-t-il. S'il s'effondre à cause d'un Brexit dur, les pensions de retraite des Britanniques ici et l’argent qu’ils transfèrent depuis la Grande-Bretagne vont être clairement impactés. »

S'installer vite avant le Brexit

Maura McGuirk et James McConnell viennent d'arriver dans le Périgord, avec pour objectif d'ouvrir une maison d'hôte. Le couple reconnaît que la perspective du Brexit a accéléré leur installation.

« S'il n'y plus de liberté de mouvement après le Brexit, cela va prendre du temps de mettre en place les procédures pour autoriser les Britanniques à voyager vers et depuis l'Europe, estime Maura_. Cela va rajouter un risque pour nous. Donc plutôt que de risquer de ne pas pouvoir venir s'installer après fin mars, on a décidé de le faire avant_ ».

Un des points de l'accord de divorce entre Londres et Bruxelles concerne la situation des expatriés. D'où l'importance, pour ces Britanniques, que le Brexit se passe à l'amiable, afin d'éviter des tracasseries administratives.

Pour aller plus loin

« En Dordogne, les résidents anglais s'inquiètent pour leur pouvoir d'achat », article paru dans Le Figaro, le 18/10/2016.

« Brexit : les Anglais qui vivent en Dordogne sont-ils inquiets pour leur futur statut ?», article paru sur le site de France Bleu, le 07/10/2018

« Brexit : s’installer en Dordogne avant qu’il ne soit trop tard », article publié sur le site de Courrier international le 02/04/2018

- avec AFP -