Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Européennes : Setùbal en pleine désillusion

Européennes : Setùbal en pleine désillusion
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Filipa Soares, envoyée spéciale au Portugal :"Euronews continue son périple au Portugal, à deux mois des élections européennes. Nous sommes au marché de Setúbal où l'on vend du poisson frais, des fruits et des légumes. Nous avons interrogé les vendeurs, qui se plaignent de ne pas vendre beaucoup, de la vie et aussi des politiques."

"Les politiciens nous détruisent, lance ce poissonnier. Ils ne font que créer des problèmes aux gens. Alors comment pourraient-ils nous aider? Les politiciens n’aident que les grandes entreprises où ils ont des intérêts pour l’avenir. Je parle comme ça, mais je ne suis pas un politicien. Je ne veux rien avoir à voir avec ces gens. Et dans le futur, ils vont continuer travailler comme ça et gagner beaucoup d'argent, car ils ont passé de gros contrats avec des entreprises dans leur intérêt."

Question de la journaliste : "Et la politique européenne n'aide pas"?

"Rien n'arrive jusqu'aux pauvres"

"Je ne sais pas. On ne voit rien. Si quelque chose arrive, je ne sais pas où ça va, parce que rien n'arrive jusqu'aux pauvres".

"Nous avions du pouvoir d'achat. Il y avait plus d'avantages. Plus de maisons. Et c'est pire de jour en jour".

"Les puissants volent et les plus petits sont en train de couler. Ils vont de plus en plus haut et ne vont pas en prison, il ne leur arrive rien. Et nous payons leurs dépenses".

Question : "Votez-vous aux élections"?

- Je vote, oui madame !

-"Et aussi aux élections européennes ?

Parfois oui, mais pas toujours. Cette fois je ne voterai pas."

"Notre voyage va continuer dans les prochains jours. Restez avec nous sur la route, car nous allons continuer de parler avec des citoyens ordinaires, mais aussi avec des personnalités, du Portugal et de l'Europe."