DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pédophilie : le pape refuse la démission du cardinal français Barbarin

Photo prétexte cardinal Barbarin : procès 7/01/2019 à Lyon.
Photo prétexte cardinal Barbarin : procès 7/01/2019 à Lyon.
Taille du texte Aa Aa

La justice des hommes n'a pas réussi à influencer le Vatican. Le pape François a choisi de refuser la démission du cardinal français Philippe Barbarin, malgré la condamnation de ce dernier pour non-dénonciation d'abus sexuels envers des mineurs. Dans un communiqué publié ce mardi après-midi, l'archevêque de Lyon explique : "Lundi matin, j'ai remis ma mission entre les mains du Saint-Père. En invoquant la présomption d'innocence, il n'a pas voulu accepter cette démission".

Le 7 mars dernier, le prélat a été condamné par le tribunal correctionnel de Lyon, dans son diocèse, à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir révélé des actes pédophiles commis par un prêtre, le père Bernard Preynat, à l'encontre de jeunes scouts. Surpris par cette sentence plus ferme qu'on ne le croyait, ses avocats ont fait immédiatement appel. Mais sans même attendre un nouveau jugement, le souverain pontife a donc tranché. François ne cache pas sa proximité avec le cardinal Barbarin.

Mgr Barbarin garde son archevêché de Lyon

Ainsi, même si le procès de Lyon est devenu l'un des symboles des crimes de pédophilie au sein de l'Eglise catholique partout dans le monde, tout rentre plus ou moins dans l'ordre dans le diocèse du Primat des Gaules. Monseigneur Barbarin, âgé de 68 ans, considéré comme le plus haut dignitaire français, en reste l'archevêque. Il indique toutefois qu'il va se mettre un moment en retrait, laissant la conduite des affaires courantes au vicaire général, Yves Baumgarten.

"C'est l'erreur de trop"

L'association de victimes "La Parole libérée" a vivement réagi à l'annonce de la décision papale. "C'est incroyable !", a déclaré François Devaux, son co-fondateur, "Je crois que cet homme-là (le pape) va réussir à tuer l'Eglise. C'est l'erreur de trop. Cela montre à quel point on a raison et que le problème est intrinsèque au dogme".