DERNIERE MINUTE

Et de 3 ! L'accord sur le Brexit est encore rejeté au parlement britannique

Theresa May : troisième vote sur le Brexit à la Chambre des Communes.
Theresa May : troisième vote sur le Brexit à la Chambre des Communes.
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La sortie de l'impasse n'est pas pour aujourd'hui, ni peut-être pour demain au Royaume-Uni. A la Chambre des Communes ce vendredi à Londres, les députés britanniques ont rejeté l'accord sur le Brexit pour la troisième fois depuis le mois de janvier : 344 parlementaires ont voté contre, 286 seulement l'ont approuvé.

Le moral est de plus en plus bas pour la Première ministre du parti conservateur, Theresa May. Les implications de ce vote sont "graves", a-t-elle réagi à chaud. Elle a tenu à prévenir que le scénario par défaut était désormais un divorce avec l'Union européenne sans accord dès le 12 avril prochain, la dernière date butoir retenue. Pour tenter d'apaiser les frondeurs de sa majorité et les faire voter en faveur de son texte, conquis de haute lutte à Bruxelles après presqu'un an et demi de négociations, Theresa May avait pourtant promis de céder sa place... Le compromis n'a pas abouti.

Lassitude dans les deux camps

Si l'accord avait été accepté, les Britanniques pouvaient enfin quitter le giron européen le 22 mai, et sans trop de dommages collatéraux. Une période de transition était même prévue jusqu'en 2020, afin que les deux parties s'habituent à leur séparation; il fallait ça, après 46 ans de vie commune. Désormais, la lassitude est grande au sein de la population, qu'elle soit pro ou anti-Brexit. Quant aux milieux économiques, ils sont de moins en moins optimistes.

L'exécutif européen se dit préparé au pire

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a annoncé sans tarder sur Twitter qu'il convoquait un sommet européen le 10 avril prochain.

La Commission européenne semble résignée, ou en tout cas, c'est ce qu'elle laisse entendre... Une sortie de l'UE sans accord "est désormais un scénario probable", a simplement constaté une porte-parole de l'exécutif à Bruxelles, et l'Union y est "pleinement préparée", a-t-elle ajouté.

La suite au prochain épisode, dès lundi.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.