Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Génocide au Rwanda : "On demande l'accessibilité des archives"

Génocide au Rwanda : "On demande l'accessibilité des archives"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le Rwanda commémore les 25 ans du génocide, qui fit 800.000 morts, essentiellement issus de la minorité tutsi. Le président rwandais Paul Kagame allumera dimanche une flamme du souvenir à l'occasion d'une cérémonie, qui rassemblera essentiellement des chefs d'Etat africains. Ni le secrétaire général de l'ONU, ni le président français notamment ne seront présents, Emmanuel Macron a évoqué des problèmes d'agenda.

La France, qui est depuis des années, au coeur d'une polémique, soupçonné d'avoir apporté des soutiens, diplomatiques, militaires et économiques aux responsables de ce génocide. Le président Macron a annoncé la composition d'un "groupe de chercheurs" pour examiner les archives françaises.

Thomas Borrel, membre de l'association "Survie" qui dénonce la politique française en Afrique et qui se bat contre la banalisation du génocides des Tutsis au Rwanda, réagit à cette annonce. Il explique que l'enjeu aujourd'hui est "un enjeu d'accessibilité". "On demande l'accessibilité des archives (...) Il n'y a plus de raison de maintenir le secret", dit-il, parlant d'un "enjeu démocratique". Il dénonce aussi une manière de "gagner du temps, difficilement acceptable".

_Voir l'intégralité de son interview dans la vidéo ci-dessus.
_