Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Sur la route des européennes : rencontre avec un vigneron engagé en politique

Sur la route des européennes : rencontre avec un vigneron engagé en politique
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Notre tour d'Europe continue en France, Cyril Fourneris s'est rendu à Methamis, un charmant village de Provence, pour parler du désintérêt des Français pour la politique. Le mois dernier des élections ont été organisées après la démission de quatre conseillers municipaux, mais personne ne voulait être candidat. Résultat, le premier tour a été annulé. Heureusement, un vigneron, Olivier Baguet, s'est présenté entre les deux tours pour sauver le scrutin, nous l'avons rencontré.

Cyril Fourneris : "Bonjour Olivier, pourquoi cette décision de vous présenter ?"

Olivier Baguet : "Curieusement j'étais absent du village, je faisais des salons du vin à Liège, Epinal, Colmar, et via les réseaux sociaux sur la route je vois passer un reportage de France Bleu Vaucluse où on indique que personne ne s'est présenté, que les élections vont être annulées. Je suis vigneron bio, j'ai perdu toute ma récolte en 2018, je ne ferai pas de salon à l'automne, ça dure un an, j'ai du temps. J'ai envie de donner un coup de main, je suis soucieux du bien commun, de l'intérêt collectif, alors en avant ! Y'a des coups de main à donner, y'a des choses à régler, alors autant s'engager plutôt que d'en parler à la terrasse du café et dire que tout va mal".

Cyril Fourneris : "Pourquoi les gens se désintéressent-ils de la politique ?"

Olivier Baguet : "C'est la question permanente. Les absentions de toutes les élections précédentes, locales, nationales ou européennes, le montrent. Tous les gens qui se présentent n'ont peut-être pas ce même intérêt dont je vous ai parlé. Ils nous promettent des choses, par exemple, les trois derniers présidents qui nous ont promis qu'il n'y aurait plus de SDF dans la rue, cinq ans plus tard ça ne fait que croître, alors soit vous promettez et vous le faites soit vous ne promettez pas."

Cyril Fourneris : "Un autre vote approche, avec les élections européennes. Quel oeil portez-vous sur l'Europe ?

Olivier Baguet : "Je vois l'Europe belle et grande si elle veut exister. Je suis né 10 ans après le traité de Rome, on m'a enseigné à l'école la libre circulation des biens et des personnes. Aujourd'hui je suis vigneron, et quand je fais traverser un carton de vin à la frontière je dois remplir des documents de douane, payer des droits. Et ça c'est pour ma petite activité, à mon avis il y a bien d'autres sujets. L'Europe pour beaucoup c'est une contrainte, on met tout sur le dos de l'Europe, même nos gouvernants qui se déchargent un peu de leurs responsabilités et qui disent c'est la faute de l'Europe...