DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : nul ne sait quand il prendra effet

Brexit : nul ne sait quand il prendra effet
Taille du texte Aa Aa

Une atmosphère de fête et d'euphorie s'était emparée d'une partie des britanniques en 2016, au lendemain du référendum au cours duquel le Royaume-Uni a décidé de quitter l'Union européenne. En l'espace d'un an, l'article 50 a été déclenché pour fixer la date du Brexit : le 29 mars 2019 ! Un chemin qui semblait tout tracé, mais qui s'est avéré être semé d’embûches.

Nous voici le 29 mars 2019. Le jour même où le Royaume-Uni était censé quitter l'Union européenne, la Première ministre Theresa May tente de faire voter au sein du parlement britannique, en vain, l'accord qu'elle avait âprement négocié avec les 27, pour organiser une sortie ordonnée de l'Union européenne. Ce soir-là, Theresa May échoue pour la troisième fois et voit le risque de sortie sans accord augmenter.

Un Parlement divisé

Alors qu'ils rejettent le deal de Theresa May, les députés britanniques refusent de sortir de l'Union européenne sans un accord. Une situation de blocage qui oblige Theresa May à demander un délai à Bruxelles. Les 27 lui donnent donc jusqu'au 12 avril pour faire voter l'accord. Dans ce cas, la sortie est prévue le 22 mai. Autre option, les britanniques peuvent partir sans accord, ou présenter un plan alternatif crédible à l'Union européenne.

Aucune solution alternative

Entre-temps, les députés ont pris l'initiative en présentant des solutions de rechange au plan de Theresa May sous la forme de «votes indicatifs», qui n'engagent pas le gouvernement. Quatre options sont proposées le 1er avril : une union douanière, un marché commun revisité, un référendum de confirmation et la révocation totale de l'article 50. Là encore, les députés rejettent tout.

Incapable de trouver une solution et face à l'indignation de nombreux membres de son propre parti Theresa May se tourne vers l'opposition pour trouver un compromis. Des discussions qui n'ont pas permis d'avancées décisives. À l'occasion de réunions de dernière minute, la Première ministre Theresa May a demandé à la France et à l'Allemagne un report du Brexit, au 30 juin. Une requête examinée lors du sommet européen du 10 avril, entre les 27 dirigeants.

L'odyssée britannique du Brexit se poursuit. Bien que la destination reste la même, le chemin vers la sortie de l'Union est semé d'embûches et de rebondissements.