Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La Nouvelle-Zélande n'est pas épargnée par la fonte des glaces

La Nouvelle-Zélande n'est pas épargnée par la fonte des glaces
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des étendues de neige, un calme olympien et des sommets d'un blanc immaculé. Ce spectacle d'une grande beauté se fait malheureusement de plus en plus rare. Le glacier François-Joseph, le plus célèbre de Nouvelle-Zélande, est en train de fondre inexorablement. En dix ans, ce dernier a perdu 800 mètres de dénivelé, un chiffre colossal et inquiétant.

Derrière son image d’île verdoyante et préservée loin de tout, la Nouvelle-Zélande n’échappe pas aux terribles conséquences du réchauffement climatique. A l’heure actuelle, plus de 4 000 espèces sont menacées et les 3 000 glaciers que compte le pays fondent de façon draconienne.

L’activité humaine est désastreuse pour l’environnement

Selon une étude menée par le Service de Surveillance Mondiale des Glaciers, à l’Université de Zurich, depuis 1961, les glaciers ont perdu plus de 9 000 milliards de tonnes de glace. Soit une étendue de la taille de l’Allemagne et d’une épaisseur de 30 mètres. Une situation critique qui, selon les spécialistes, auraient déjà atteint son point de non-retour. « Les années les plus chaudes que nous n’ayons jamais connues se situent toutes au XXIe siècle, et même après 2010, il en va de même pour l'élévation du niveau de la mer. Nous constatons que l'élévation du niveau s'accélère et, pour cette raison, il est logique que nous assistions à de plus en plus de records du genre », a ajouté le climatologue Ben Marzeion, ayant également participé à l’étude.

Les glaciers du monde rétrécissent cinq fois plus vite aujourd'hui que dans les années 1960

L'étude révèle aussi qu'en plus de fondre de façon importante, ce rétrécissement ne fait qu'accélérer. Pour Michael Zemp, directeur du Service : " Donc, même si vous corrigez le problème aujourd'hui, les glaciers continueront à fondre et à contribuer à l'élévation du niveau de la mer pendant les 10 à 20 ou 30 prochaines années". Une donnée peu rassurante qui montre les répercussions des dégâts actuels.