DERNIERE MINUTE

Angola : le Couloir de Lobito permet de développer le transit des minerais

Angola : le Couloir de Lobito permet de développer le transit des minerais
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La reconstruction du chemin de fer de Benguela stimule l'économie de l'Afrique Australe, en permettant de transporter rapidement des minerais. Dans ce numéro de Business Angola, nous explorons le potentiel d'investissement offert par cette voie ferrée qui lie la ville portuaire angolaise de Lobito à ses pays voisins.

Les sociétés minières présentes notamment en République Démocratiques du Congo disposent de plusieurs options pour acheminer leurs cargaisons vers les ports africains. Il leur fallait initialement jusqu'à trois semaines pour rallier Dar es Salaam (Tanzanie), Beira (Mozambique), et Durban (Afrique du Sud). Mais une nouvelle route existe à l'ouest, à travers l'Angola vers le port de Lobito.

Cette voie ferrée, initialement construite en 1929 par l'ingénieur des mines écossais Sir Robert Williams a fait l'objet d'une concession de 99 ans. Ce n'est qu'en 2001 que l'Angola a pu recouvrer la propriété de l'infrastructure. Dès cette époque, la Chine a reconstruit la ligne - endommagée par les troubles politiques qui ont bousculé l'Angola et le Congo-Zaïre dans les années 1970 - pour un montant de 2,3 milliards de dollars, avec la participation de 100 000 angolais.

Grâce à cette voie ferrée qui s'étend sur plus de 1000 km (de Lobito à la République Démocratique du Congo), il ne faut désormais que quelques jours pour rallier la côte Atlantique, au départ de la RDC. Une extension de la ligne vers la Zambie est d'ailleurs à l'étude.

Grâce à ce nouvelle voie, les terres rares extraites dans la région du Katanga (RDC) telle que le Cobalt, nécessaire pour la production des smartphones, sont rapidement acheminées.

Aujourd'hui, "deux trains tous les quinze jours" circulent sur la voie ferrée, nous indique Luiz Lopes Teixeira, président de Benguela Railroad. Il s'agit de locomotives General Electric et de wagons chinois.

Cette reprise du fret, bien que progressive, permet de dynamiser les secteurs "de l’agriculture, l’industrie, la construction et la création de nouvelles entreprises" ajoute-t-il.

La réduction du temps du fret bénéficient aussi aux acteurs privés. "nous sommes très proches des mines les plus importantes de la RDC, c'est juste de l'autre côté de la frontière" indique Sergio Chambel, de la société de logistique Early Green.

Les Angolais tirent également profit de cette nouvelle route. Dans la province de Benguela, qui comprend la ville de Lobito, et dans la région frontalière, la voie ferrée est apprécié des voyageurs et des commerçants, qui y voient un moyen d'exporter leur production.

"Dans la partie orientale éloignée du pays, où jusqu'à présent il n'y avait pas de route, la voie ferrée a été remplacée. Cela permet aux gens d'apporter en quelque sorte leurs produits agricoles, de les vendre dans le train, dans les municipalités voisines, les provinces voisines" analyse John Schubert, chercheur et anthropologue en Angola.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.