Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Paris "capitale de l'émeute" ? Les "black blocs" veulent un 1er mai noir

Paris "capitale de l'émeute" ? Les "black blocs" veulent un 1er mai noir
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les réseaux sociaux en sont pleins ! Des appels de manifestants radicaux, des fameux "black blocs" aux plus ultra des "gilets jaunes", incitent depuis plusieurs jours à faire de ce 1er mai en France une démonstration de force "jaune et noire". Certains souhaitent même que Paris devienne, selon le terme employé, une "capitale de l'émeute". Les autorités et les services de sécurité s'inquiètent forcément car, selon les agents du renseignement, au moins un millier voire jusqu'à deux mille activistes de tout poil se sont donné rendez-vous à Paris. Plusieurs dizaines viendraient de l'étranger, notamment de Belgique et d'Allemagne.

Les "black blocs", on le sait, recrutent très large : altermondialistes, anti-fascistes, autonomes se mêlent dans ce mouvement globalement d'ultra-gauche. Et ils sont réputés pour leur "savoir-faire" en matière de casse et de pillage des magasins, des restaurants, des bâtiments publics, ainsi que pour mener des actions de guérilla urbaine contre les forces de l'ordre. A ces manifestants vêtus de noir s'ajoutent désormais des "gilets jaunes" qui se sont radicalisés au fil des nombreuses confrontations. Le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner, a décidé d'appeler ces derniers les "ultra jaunes".

Une "armée" de policiers et gendarmes

Pour faire face aux débordements de violence dans la capitale, le gouvernement a mobilisé des moyens exceptionnels. Plus de 7 400 policiers et gendarmes sont déployés sur les lieux les plus sensibles, 190 motards vont les aider à gérer la situation grâce à leur vitesse de déplacement, et des drones sont lâchés dans les airs pour surveiller à distance les mouvements de protestation les plus inquiétants.

Les autorités craignent également une infiltration des cortèges syndicaux traditionnels du 1er mai par des éléments radicaux dans plusieurs grandes villes, dont Bordeaux, Toulouse, Rennes, Montpellier ou Nancy. A Paris, le commerce va marcher au ralenti, et par conséquent le tourisme, puisque plus de 580 magasins ont baissé leurs rideaux pour la journée. Du haut en bas, les Champs-Elysées sont bouclés par les forces de sécurité.

Suivez en direct le défilé du 1er mai à Paris :