Venezuela : Nicolas Maduro veut chasser les "traîtres'"

Venezuela : Nicolas Maduro veut chasser les "traîtres'"
Tous droits réservés
Miraflores Palace/Handout via REUTERS
Taille du texte Aa Aa

Des soldats totalement acquis à sa cause... Des images que Nicolas Maduro entend montrer au monde entier pour prouver qu'il reste encore l'homme fort du Venezuela.

Nicolas Maduro promet la riposte aux "putschistes"

Deux jours après une tentative de putsch, le président vénézuélien s'est fondu au milieu des militaires dans une caserne de Caracas. Dans un discours martial, il a promis de chasser "les traîtres" qu'il accuse de vouloir détruire le Venezuela : " Voici le chemin qu'ont tenté d'emprunter les instigateurs du coup d’État : une guerre civile. Mitrailleuses contre mitrailleuses, chars contre chars, pour que nos frères s'entretuent. Voici l'alternative qu'ils proposent pour le Venezuela."

La veille, Juan Guaido, le président autoproclamé, avait réuni ses partisans à Caracas pour une grande manifestation organisée dans la continuité de la tentative de soulèvement amorcée mardi avec une poignée de militaires. Mais jusqu'ici sans succès. L'heure est toujours au statu quo et à l'impasse politique, alors que le pays fait face à une grave crise économique.

Juan Guaido propose des grèves tournantes

Mais Juan Guaido maintient le cap. Il appelle à la poursuite des manifestations et propose des grèves tournantes qui aboutiraient à une grève générale. Pour faire plier Maduro, il tente de s'entourer de personnalités politiques, dont Leopoldo Lopez, figure de l'opposition, condamné à 13 ans de prison, mais qui a brisé mardi son assignation à résidence. Il s'est réfugié dans l'ambassade d'Espagne.

Des images montrent l'intérieur de son domicile, totalement ''sans dessus dessous''. Des fouilles et pillages, réalisés selon des témoins par des membres des Services de renseignement bolivarien.

Lilian Tintori, l'épouse de Leopoldo lopez, témoigne : "Ils sont si lâches qu'ils viennent avec des armes, mais ils ont peur des chiens et ils se faufilent par derrière comme des voleurs à l'étalage. Je ne sais pas ce qu'ils cherchaient. Ils savaient que Léopoldo n'était pas dans cette maison".

La justice vénézuélienne a ordonné l'arrestation de Leopoldo Lopez, qui serait hébergé comme "invité" dans l'ambassade d'Espagne. Il n'aurait pas demandé l'asile politique.