Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Venezuela : Guaido appelle à manifester pacifiquement

Venezuela : Guaido appelle à manifester pacifiquement
Tous droits réservés
Reuters
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'opposant venezuelien Juan Guaido applaudi par ses partisans. Ce samedi, ils sont appelés à manifester pacifiquement autour de bases militaires pour demander une nouvelle fois à l'armée de lâcher le président Nicolas Maduro, quatre jours après une tentative ratée de soulèvement militaire.

"Je suis profondément ému par les soldats qui, malgré la peur que leur ont infligée les forces cubaines de renseignement et de contre-espionnage, les tortures qu'ils ont endurées dans les sous-sols, se sont levés et ont dit : "Le venezuela peut compter sur nous", a déclaré l'opposant de 35 ans.

Autoproclamé président par intérim le 23 janvier, Juan Guaido appelle ses partisans à éviter les provocations lors de ces nouvelles manifestations. Il veut remettre un manifeste aux forces armées pour qu'elles écoutent l'appel du Venezuela, pour une transition rapide vers des élections libres.

Côté diplomatie les 14 pays d'Amérique, réunis dans le groupe de Lima, souhaitent désormais que Cuba fasse office de médiateur dans la crise vénézuélienne.

"Nous réitérons notre appel à la Russie, la Turquie et à tous ces pays qui continuent de soutenir le gouvernement illégitime de Nicolas Maduro, à soutenir un processus de transition démocratique. Nous avons décider de prendre les mesures nécessaires pour que Cuba puisse participer à la recherche d'une solution à la crise au Venezuela," a déclaré Nestor Popolizio, ministre péruvien des Affaires étrangères.

La situation est toujours très tendue dans le pays. Les heurts qui ont fait suite le coup d'état manqué ont fait au moins quatre morts et 200 blessés mardi et mercredi, selon Amnesty International.