DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: trois hôpitaux touchés par des frappes russes dans le nord-ouest (ONG)

Syrie: trois hôpitaux touchés par des frappes russes dans le nord-ouest (ONG)
Taille du texte Aa Aa

Trois hôpitaux dans le nord-ouest syrien ont été visés dimanche par des raids aériens imputés à la Russie, a rapporté une ONG, précisant que deux établissements au moins se retrouvent hors service dans le bastion jihadiste d'Idleb, quotidiennement bombardé par le régime et son allié russe.

Par ailleurs, huit civils ont été tués dans des bombardements du pouvoir de Bachar al-Assad et de Moscou dans divers secteurs de la région, dont une personne morte lors des raids qui ont visé un des hôpitaux, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les bombardements à Idleb et dans les territoires insurgés adjacents, notamment de la province de Hama, ont gagné en intensité ces derniers mois.

Dimanche, un hôpital de la localité de Kafranbel et un autre hôpital souterrain aux abords de la localité voisine de Hass ont été touchés par des raids à Idleb. Un correspondant de l'AFP a filmé les deux établissements touchés par les frappes destructrices.

Les raids ont été imputés à Moscou par l'OSDH, qui en détermine les auteurs à partir du type d'avion utilisé, du lieu de la frappe, des plans de vol et des munitions utilisées.

"L'hôpital à Kafranbel est hors-service. Les patients ont été transférés vers d'autres établissements de la région", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, ajoutant qu'un civil a été tué dans les bombardements.

Dans la localité de Hass, "l'hôpital +Le pouls de la vie+ est hors-service à cause des raids", a indiqué à l'AFP Oubaïda Dandouche, un responsable de Syria Relief and Development, l'ONG médicale qui administre cet établissement.

Il a précisé que "l'hôpital avait été évacué" peu avant les bombardements, grâce aux dispositifs d'alerte utilisés dans la région pour mettre en garde les habitants contre l'imminence de frappes, à partir de l'analyse des trajectoires de vols des avions de guerre.

Sur des images filmées par le correspondant de l'AFP, on peut voir un champignon de fumée blanche s'élever au milieu de terrains agricoles où se trouve l'hôpital.

Un troisième hôpital, installé dans des grottes de la localité de Kafr Zeita, dans le nord de la province de Hama, a été visé par les frappes russes, selon l'OSDH, qui n'était pas en mesure d'évaluer l'étendue des dégâts.

Les autorités sanitaires locales ont assuré que l'établissement était hors-service, mais l'AFP ne pouvait pas vérifier l'information de manière indépendante.

- "Violence inacceptable" -

La province d'Idleb est contrôlée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (ex-branche syrienne d'Al-Qaïda), qui ont renforcé en début d'année leur emprise sur le territoire.

Avec le regain de violence depuis février, près de 140.000 personnes ont été déplacées par les combats dans la région, selon l'ONU.

Fin avril déjà, un centre médical et deux hôpitaux avaient été mis hors-service par des bombardements, d'après la même source.

"Une telle violence est totalement inacceptable. Les hôpitaux sont, et doivent rester, des sanctuaires de neutralité", avait alors réagi le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

Depuis septembre 2018, Idleb fait l'objet d'un accord négocié par Moscou et Ankara, qui parraine certains groupes rebelles, prévoyant la mise en place d'une "zone démilitarisée" séparant les secteurs jihadistes et insurgés des zones gouvernementales attenantes.

Cet accord a permis d'éviter une offensive d'envergure de l'armée syrienne, même si certaines de ses dispositions sont restées lettre morte et que le régime continue de bombarder.

Dimanche, l'agence officielle Sana a rapporté la mort d'un civil dans une attaque de "groupes terroristes", qui ont lancé des roquettes contre une petite ville tenue par le régime, près de la province d'Idleb.

Citée par Sana, une source militaire a accusé les "organisations terroristes à Idleb de préparer des attaques" contre les zones gouvernementales et des positions de l'armée.

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie par le régime, le conflit en Syrie a fait plus de 370.000 morts.

Grâce au soutien de Moscou et de Téhéran, le pouvoir de Damas a multiplié les victoires face aux rebelles et aux jihadistes, jusqu'à reconquérir près des deux tiers du pays en guerre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.