Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Au Venezuela, les chavistes restent mobilisés

Au Venezuela, les chavistes restent mobilisés
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Chacao est le bastion vénézuélien de l'opposition, Mais on y croise encore quelques fidèles de Maduro, comme Marlène, plus connue sous le nom du "petit chaperon rouge de la révolution".

C'est le président Hugo Chavez qui lui aurait donné ce surnom. Un président qu'elle honore encore aujourd'hui dans sa maison, véritable sanctuaire en hommage au dirigeant décédé.

Pour elle, le chavisme est toujours très présent dans le pays, et la tentative de coup d'Etat de Juan Guaido n'y a rien changé.

Décorée par Nicolas Maduro, cette fidèle du président est persuadée qu'une guerre économique est en cours contre le Venezuela. Elle craint une intervention militaire étrangère dans son pays.

" L'opposition doit comprendre qu'il y a eu des guerres et des morts dans les pays où sont intervenus les Etats-Unis. les bombes ne visent pas uniquement les chavistes mais elles tombent sur tout le monde."

Les militants chavistes se sont réunis ce weekend pour discuter des changement à apporter à la révolution.

Des échanges ont eu lieu dans des espaces publics comme cette école. Beaucoup comme Maria Oca, y critiquent l'opposition.

"Ils disent qu'il y a une unité de l'opposition, mais ça n'existe pas. Ils se battent et se critiquent eux-même."

A l'issue de ces débats, les conclusions seront rendues au président Maduro.

L'opposition vénézuélienne a manifesté ce weekend. Ceux qui s'opposent à Nicolas Maduro ont une fois de plus demandé aux militaires d'abandonner le gouvernement. Ils ont aussi rendu hommage à leurs victimes.

Juan Guaido appellera à la poursuite des manifestations cette semaine, pour éviter que la contestation ne faiblisse.