Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'Union européenne rejette l'ultimatum de Téhéran

L'Union européenne rejette l'ultimatum de Téhéran
Tous droits réservés
Reuters
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le nucléaire iranien s'est invité au sommet informel de l'Union européenne ce jeudi à Sibiu en Roumanie. Les Européens ont rejeté l'ultimatum de Téhéran qui avait donné deux mois à l'UE pour sortir les secteurs pétrolier et bancaires iraniens de leur isolement provoqués par les sanctions américaines.

Si les 27 sont très inquiets, Ils ont toutefois réaffirmé leur espoir de sauver l'accord international de 2015, comme l'a expliqué Federica Mogherini, la cheffe de la diplomatie européenne :

"Nous demeurons pleinement attachés à la mise en œuvre intégrale du Plan d'Action global sur le nucléaire iranien. C'est une question de sécurité pour nous et pour le monde entier. L'investissement de l'Union européenne dans la non-prolifération reste pour nous une priorité absolue. Jusqu'à présent, nous avons vu l'Iran se conformer pleinement à tous les engagements qu'il a pris en matière nucléaire".

Washington a encore durci mercredi ses sanctions économiques contre Téhéran, en ajoutant l'acier, le fer, l'aluminium et le cuivre aux secteurs visés par des mesures punitives. De son côté, l'Iran menace de renoncer à certains engagements de l'accord sur le nucléaire de 2015 si les Européens ne l'aident pas à sortir de son isolement économique.

Après le retrait partiel de l'Iran de son accord nucléaire avec l'Occident, l'UE déclare qu'elle reste pleinement attachée à cet accord et qu'elle se préoccupe de la sécurité du monde entier.

Les Européens éprouvent un sentiment d'impuissance face à la volonté de Donald Trump de renverser le régime au pouvoir à Téhéran, car ils n'ont aucune influence sur le président américain et sont jugés peu crédibles à Téhéran en raison de leur incapacité de compenser les conséquences des sanctions américaines sur l'économie iranienne.