Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Plus de 100 000 Français dans la rue contre le projet de réforme de la fonction publique

Manifestants à Paris, le 9 mai 2019
Manifestants à Paris, le 9 mai 2019 -
Tous droits réservés
Thomas SAMSON / AFP
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ils promettent que ce n'est qu'une étape... 108 900 personnes, selon le ministère de l'Intérieur, et 250 000 selon la CGT, ont manifesté en France ce jeudi contre le projet de loi de réforme de la fonction publique qui sera débattu à l'Assemblée à partir du 13 mai.

Le texte facilite le recours aux contractuels pour rendre l'administration "plus attractive et plus réactive" face aux "nouvelles attentes" des Français, selon le gouvernement, et prévoit la suppression de 120 000 postes d'ici à 2022.

L'union fait la force ?

Les 9 organisations syndicales de la fonction publiques réunies au complet, fait rare pour être souligné, dénoncent cette réforme, qui "mettrait à mal", selon eux, les services publics.

Lors de la dernière manifestation unitaire, le 22 mai 2018, le ministère avait compté 139.000 manifestants, la CGT "plusieurs centaines de milliers".

Ils étaient 3 000 à Marseille (syndicats), de 3 300 (préfecture) à 5 300 (intersyndicale) à Lyon, entre 3 et 4 000 à Nantes (selon les sources), entre un et plusieurs milliers à Rennes, Montpellier, Bordeaux, Angers, Lille, Strasbourg, Perpignan, Albi...

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a dit espérer que la présence de tous les syndicats fasse réagir le président français Emmanuel Macron. Il souhaite que ce projet de loi soit "retiré" et "rediscuté" car il faut selon lui "davantage embauché" et "rouvrir certaines écoles et certains hôpitaux".

Mieux que le 22 mai dernier ?

Les cheminots, mais aussi les retraités, manifestaient aux côtés des enseignants, des soignants, des douaniers ou encore des fonctionnaires territoriaux.

Le secrétariat d'Etat a fait état auprès de l'AFP de 3,3% de grévistes dans la fonction publique territoriale (contre 6,5% le 22 mai 2018), 4% dans l'hospitalière (contre 7,5%) et 11,4% dans la fonction publique d'Etat (contre 10,3%).

Le ministère de l’éducation nationale a recensé 17,5% de grévistes dans le primaire et près de 12% dans le secondaire.