Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Attaques dans le Golfe : "Je ne veux pas spéculer"

Attaques dans le Golfe : "Je ne veux pas spéculer"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Après l'attaque contre quatre pétroliers dans le port de Fujairah, aux Émirats arabes unis, Euronews a rencontré Anwar Gargash, le ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères, au sujet de l'enquête en cours.

Rebecca Laughlin-Eastham, euronews : La question cruciale est de savoir qui est responsable de ces attaques de pétroliers . Les États-Unis n'ont pas hésité à pointer du doigt l'Iran....mais votre enquête avec des partenaires français et américains est en cours, mais que pourrait-elle révéler ?

Anwar Gargash, ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères : Nous menons une enquête, avec l'aide de la France, des Etats-Unis et avec la coopération de nos organismes d'Etat, dont je le redis je ne veux vraiment pas spéculer et en particulier parce que cela arrive dans une période très sensible dans la région et je crois que cela serait assez imprudent de ma part de le faire. Je crois que l'on doit envisager la désescalade, je crois qu'on doit regarder la situation actuelle avec beaucoup de sagesse et de prudence. Nous serons très clair avec les résultats de l'enquête et nous devrions les présenter dans les prochains jours.

Rebecca Laughlin-Eastham : Les Etats-Unis ont dit qu'ils ne voulait pas de conflit mais ils ont déployé des navires de guerre dans le Golfe, quelle conclusion doit-on en tirer ?

Anwar Gargash : Il y a beaucoup de déclarations et de démentis, et si l'on regarde toutes les déclarations iraniennes qui se contredisent les unes les autres, cela n'aide pas vraiment. La façon dont les Emirats gère cette crise est d'essayer et d'être objectif et d'essayer d'être rationnel dans sa gestion de la situation actuelle. Personne ne veut de guerre mais nous devons aussi être très clair. Nous en sommes là où nous en sommes aujourd'hui principalement à cause de l'attitude de l'Iran, c'est une accumulation de comportements iraniens dans la région, qui joue un rôle d'intimidation, en interférant dans les affaires arabes, en n'admettant pas que leur attitude les a conduit à certaines des sanctions dont ils se plaignent.

Ces attaques se sont déroulées dans un contexte de tensions entre les Etats-Unis et l'Iran. L'Iran qui a jugé "préoccupants et regrettables" ces incidents maritimes et qui appelle aussi à une enquête.