DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coup de jeune de l'extrême droite

Coup de jeune de l'extrême droite
Taille du texte Aa Aa

En Belgique comme ailleurs en Europe, les mouvements d'extrême droite gagnent du terrain : l'attrait des nationalistes augmente en général et en particulier auprès des jeunes, un électorat pourtant souvent associé au contraire à la gauche de la gauche.

La moyenne d'âge de l'électorat diminue et les candidats d'extrême droite sont eux aussi plus jeunes. C'est le cas de Dries van Langenhove qui a à peine 26 ans.

Dries van Langenhove, candidate du Vlaams Belang : "Aujourd'hui, tout est remis en cause, voilà pourquoi de plus en plus de jeunes prennent le risque de s'associer à des mouvements ou des organisations d'extrême droite."

Les mouvements d'extrême droite s'appuient sur les réseaux sociaux pour diffuser leurs thèses auprès du public et notamment des jeunes.

Si les médias ont changé, en revanche les principales thèses des mouvements nationalistes restent identiques.

Kamil Kaminski, électeur du Vlaams Belang : "Ces gens qui viennent en Europe d'Asie ou d'autres continents, et bien le plus souvent ils ne se considèrent pas vraiment comme des Européens à part entière. Cela ne veut pas dire qu'ils nous sont hostiles, non, mais seulement que l'identité, les loyautés ne sont pas vraiment là."

En France, le candidat du Rassemblement national s'appelle Jordan Bardella et il n'a que 23 ans.

L'extrême droite française n'est pas la seule a enregistrer un coup de jeune.

Le parti espagnol Vox attire lui aussi davantage de jeunes alors qu'en Italie, la part des jeunes électeurs de la Ligue a augmenté de 12 % depuis 2013.

Ces mouvements s'inspirent des vieilles théories sur les menaces que feraient peser l'immigration sur l'Europe.

L'écrivain Renaud Camus a réintroduit ces thèses et parle d'un "grand remplacement" démographique qui serait en cours.

Renaud Camus, écrivain, écrivain, idéologue d'extrême droite : "Je pense qu'il faut tout faire, sauf ce qui serait violent et agressif, pour essayer de rendre les Français et les Européens conscients de l'horreur de ce qui se passe, c'est-à-dire le changement de peuple et de civilisation."

Jusqu'à présent, les couches les plus jeunes de l'électorat semblaient les moins sensibles aux thèmes liés à l'immigration. Ces élections modifient les perspectives.

Julia Ebner, chercheuse à l'Institut pour le Dialogue stratégique : "L'extrême droite a vraiment fait un effort pour attirer un public plus jeune. Ils ont changé de noms et, il ressort des analyses sur les médias sociaux que dans la plupart des cas, ce sont les partis politiques d'extrême droite qui ont été les plus actifs auprès des utilisateurs de ces médias sociaux."

Les études montrent par ailleurs que si les questions concernant la protection de l'environnement continuent de préoccuper les jeunes électeurs européens, elles ne sont plus leur priorité. Selon ces sondages, l'immigration est aujourd'hui la première des préoccupations des jeunes électeurs européens.