DERNIERE MINUTE

Tennis: Nadal, le boss est de retour

Tennis: Nadal, le boss est de retour
Taille du texte Aa Aa

Le patron de la terre battue est de retour: à huit jours du début de Roland Garros, Rafael Nadal a remporté à Rome son premier titre de la saison, le neuvième dans la capitale italienne, en battant nettement le N.1 mondial Novak Djokovic 6-0, 4-6, 6-1.

Alors qu’il avait calé en demi-finales lors de ses trois premiers tournois sur terre battue – Monte Carlo, Barcelone et Madrid , Nadal a clairement passé la vitesse supérieure sur les courts du Foro Italico, avec des succès convaincants contre Stefanos Tsitsipas en demi-finale puis Djokovic dimanche.

“Hier, c‘était sans doute mon meilleur match de la saison sur terre battue. Avant aujourd’hui. Parce qu’aujourd’hui, j’ai joué mieux qu’hier. Je suis heureux d’atteindre ce niveau pour le dernier tournoi avant un Grand Chelem”, a déclaré l’Espagnol après le match.

A l’approche du grand rendez-vous de la Porte d’Auteuil, le roi de l’ocre est donc de retour et décroche le 81e titre de sa carrière, dont 34 en Masters 1000.

L’Espagnol devient au passage le recordman de sacres dans cette catégorie, puisqu’il était auparavant à égalité avec Djokovic avec 33 trophées chacun.

Surtout, Nadal a retrouvé lors de sa semaine romaine un excellent niveau de jeu, dont la meilleure illustration a été un formidable premier set dimanche, conclu sur un cinglant 6-0, un score encore jamais vu lors des 53 premières confrontations entre les deux hommes.

“J’ai bien joué, un grand match, d’une façon générale. Au premier set, c‘était un niveau fantastique. Au deuxième aussi, mais j’ai laissé passer trop d’occasions”, a expliqué l’Espagnol après le match.

‘favori N.1’ –

Car Nadal, qui revient à 28-26 dans ses affrontements avec le Serbe, a effectivement encore eu de nombreuses balles de break dans la deuxième manche, à 3-3, puis à 4-4.

Curieusement, il a alors oublié d‘être impitoyable, permettant à Djokovic de conclure 6-4 à sa deuxième balle de break du match seulement.

Mais dans le troisième set, le Majorquin a de nouveau accéléré et Djokovic, qui avait dû longuement batailler en quart de finale contre Del Potro puis en demi-finale contre Schwartzman, a nettement cédé (6-1), même si le jeu a été moins déséquilibré qu’au premier set.

“Je suis vraiment content d’avoir réussi à aller au 3e set, vu la façon dont j’ai été balayé au premier set”, a reconnu Djokovic, qui malgré son sursaut dans la deuxième manche, a semblé engourdi et en retard tout au long du match.

“J’ai un petit peu manqué d’essence aujourd’hui. Il m’a toujours manqué un demi-pas, notamment côté revers. Il en a très bien profité. Il a joué un superbe tennis toute la semaine et aujourd’hui il était vraiment trop fort”, a ajouté le N.1 mondial.

Tellement fort, qu’un 12e succès à Roland Garros est, évidemment, une hypothèse plus que crédible, même si Nadal a refusé de se mouiller.

“Je ne veux pas parler de Grand Chelem pour l’instant. Pour moi, ce qui compte, c’est que chaque tournoi est spécial. Avoir la chance de gagner encore aujourd’hui à Rome, c’est quelque chose d’unique”, a-t-il dit.

Djokovic, lui, n’a pas fait autant de manières. “Roland Garros ? Nadal, favori N.1, sans aucun doute. Ensuite, tous les autres”, a-t-il lancé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.