Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Un nouveau scandale de corruption frappe le gouvernement bulgare

Un nouveau scandale de corruption frappe le gouvernement bulgare
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une série de scandales de corruption secoue le gouvernement bulgare avant les élections européennes, qu'il s'agisse de l'attribution d'appels d'offre ou de fraude aux fonds européens, en passant par l'immobilier.

"L'Apartmentgate"

Le plus gros scandale de corruption en Bulgarie cette année concerne des appartements de luxe vendus à un prix dérisoire à des personnalités politiques qui ont payé 600 € le m² contre 2600 €. L'affaire est vite devenue un scandale d'Etat car un amendement à la législation a permis au constructeur de "bâtir un gratte-ciel dans un quartier affluent de Sofia" indique Polina Paunova, journaliste à Radio Free Europe. "Les nouvelles régulation y interdisent la construction de gratte-ciel. Cet amendement a été voté par la majorité, sous la direction du chef de la majorité Tsvétanov" précise-t-elle.

"Le procureur général est impliqué dans une histoire de biens immobiliers. Le chef de l'organe anti corruption est impliqué aussi. La ministre de la justice est impliquée. Comment est-ce qu'il pourrait y avoir des conséquences pour ces personnes quand elles sont toutes liées ?" s'interroge la journaliste, qui a révélé l'affaire.

Détournements de fonds européens

À quelques semaines des européennes, le premier ministre Boyko Borissov a dû s'emparer de la campagne pour maîtriser le scandale, alors qu'une autre affaire éclatait au grand jour. Des hauts fonctionnaires détournaient des fonds européens pour la construction de "maisons d'hôtes" qui ne seraient jamais ouvertes aux visiteurs. L'effet sur l'électorat a été immédiat d'après Anastas Stefanov, sociologue.

"Le Parti socialiste a progressé de 1% par rapport au parti au pouvoir. Les effets de ces scandales sont donc visibles. Mais les démissions massives de politiques et de fonctionnaires ont atténué le scandale. Ici, nous ne sommes pas habitués à voir ce genre de réaction" explique-t-il.

En Bulgarie, les affaires de corruptions ont tendance à être dévoilées en pleine campagne, au point de faire partie de la course électorale. Passé le scrutin, ces affaires sont rarement suivies de mesures concrètes.