Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Sur la route des européennes : l'exode rural frappe la Bulgarie

Sur la route des européennes : l'exode rural frappe la Bulgarie
Tous droits réservés
Euronews
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Avant les élections européennes de mai, Euronews entreprend un périple à travers 14 pays de l’UE et donne la parole aux gens sur les problèmes qui les intéressent.

Notre tour d'Europe continue aujourd'hui vers le nord-ouest de la Bulgarie.

Bryan : "La raison pour laquelle nous nous rendons la-bas, c'est que le nord-ouest de la Bulgarie est la région la plus pauvre de l'Union Européenne. Nous irons donc visiter les "villages fantômes". Mais ne pensez pas qu'ils sont hantés par les esprits ou quoi que ce soit d'autre, c’est tout autre chose."

Dans le village de Kanitz, il ne reste plus que 4 habitants. Il y a 30 ans, plus de 100 personnes vivaient dans ces maisons et déambulaient dans les rues. Désormais, il n'y a que des bâtiments vides et abandonnés... des vestiges d'une époque où la vie a prospéré.

Petko est l'un des 4 derniers habitants du village et témoigne de la vie actuelle dans son village : "Beaucoup de gens vivaient ici. On avait le gagne-pain, des animaux. Après la collectivisation de 1956, nous avions une immense ferme collective. Maintenant, il n'y a plus personne ici. Les lundi et vendredi, je vais au village le plus proche, car il n'y a personne à qui parler ici. Beaucoup de gens me urent, mes amis sont morts, des gens avec qui je travaillais. Mais je ne suis pas si seul. Je vis avec mon bétail. Sans mes animaux et ma télé, je mourrai sur le coup. Quand je parle à quelqu'un au téléphone, ça dure des heures. Il n'y a pas d'avenir ici."

Le petit supermarché du village a disparu. Désormais, il ne reste que des étagères vides, des objets cassés et de la poussière. Le bâtiment qui abritait autrefois le bureau municipal du village est à l'abandon.

Apostolos : "Avant de venir ici, nous avons beaucoup lu sur les villages fantômes en Bulgarie. Mais en fait, en voir un est choquant et ça rend vraiment triste. Mais, les temps changent Bryan".

Bryan : "Oui, les temps changent parfois pour le meilleur et parfois pour le pire. Ce que je ressens quand je vois ces villages, c'est que je pense qu'aujourd'hui l'exode rural se poursuit en Europe, que ce soit en Bulgarie ou dans d'autres Etats membres. Aujourd'hui, certains villages de l'Union Européenne, qui sont en plein essor seront peut-être complètement vides dans 20 ou 30 ans".

Ce sombre avenir pourrait bientôt toucher le village voisin de Rabrovo.

L'école locale a récemment fermé ses portes et seulement 250 personnes vivent ici, la moitié de la population il y a 30 ans. Lea maire de la ville, Galina Vakaritzova, se souvient de la vie à l'époque : "Je me sens très triste, très troublée par l'état de notre village. Je vis ici depuis 30 ans et il y avait tant de gens ici. Aujourd'hui, quand je vais travailler le matin, il n'y a plus personne. Même chose l'après-midi. Il y avait tellement de monde et c'était tellement mieux à l'époque".

La fermeture des usines, combinée à la privatisation des terres après la chute du communisme à la fin des années 1980, sont les principales raisons qui ont poussé les habitants à quitter ces villages. Aujourd'hui, les jeunes continuent à se déplacer vers les villes pour trouver du travail. La majorité de ceux qui restent ont plus de 60 ans et vivent avec une pension de retraite inférieure à 150 euros par mois.

"L'agriculture s'est effondrée, tout est devenu propriété privée et tout s’est effondré pour les villages. Les personnes âgées sont définitivement nostalgiques du communisme. On dit que les choses allaient beaucoup mieux à cette époque. Ils avaient moins d'argent, mais ils avaient du travail. Maintenant, il n'y a pas d'argent et il n'y a pas de travail" poursuit la maire de Rabrovo.

Selon elle, l'Union Européenne a aidé des villages comme le sien à construire des infrastructures et à créer des programmes de travail pour les habitants. Mais il faudra des emplois et des perspectives de carrière, en particulier pour convaincre la main-d'œuvre bulgare de retourner dans l'un des 600 villages du pays, qui ont été vidés de leur population.