Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

"Des personnes criaient à l'aide": des touristes choqués après le naufrage sur le Danube

Une rose déposée au bord du Danube, à Budapest, le 30 mai 2019
Une rose déposée au bord du Danube, à Budapest, le 30 mai 2019 -
Tous droits réservés
FERENC ISZA
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

“Des personnes dans l’eau craient à l’aide”: les touristes à bord du navire de croisière qui a heurté jeudi une embarcation à Budapest témoignaient jeudi de leur effroi.

La “Sirène”, une embarcation de 26 mètres avec des touristes sud-coréens à son bord, a basculé et coulé en quelques secondes sur le Danube mercredi soir, faisant au moins sept morts et 21 disparus.

Aucune victime n’est à déplorer sur l’autre bateau de 135 mètres impliqué dans le naufrage. Certains de ses passagers, sur les rives du fleuve, témoignaient de leur effroi : “Nous étions sur notre balcon et nous avons vu des personnes dans l’eau qui criaient à l’aide”, raconte Ginger Brinton, une touriste américaine de 66 ans.

“Nous n’avons senti aucune secousse, nous n’avons rien remarqué, avant de voir des personnes dans l’eau. C‘était terrible” ajoute-t-elle.

- “En 10 ou 15 secondes” /p>

Un autre touriste américain, Clay Findley, a vu l’accident se produire depuis le pont du navire qui a heurté celui des touristes sud-coréens: “Je l’ai vu se retourner, ça c’est passé en 10 ou 15 secondes et c‘était fini. Je n’ai vu personne remonter à la surface” raconte-t-il à l’AFP, les larmes aux yeux.

La police hongroise a indiqué que des civils avaient aidé à sortir les naufragés de l’eau jusqu‘à l’arrivée des secours.

“Le courant était si rapide, les gens flottaient au loin, mais les secours ne sont pas venus”, a déclaré Jung, 31 ans, à l’agence sud-coréenne Yonhap, regrettant en pleurant leur arrivée tardive.

Cette touriste prenait des photos depuis le pont de l’embarcation quand elle a vu “un grand bateau de croisière s’approcher”, sans penser “qu’il allait heurter” leur bâtiment, a t-elle ajouté.

“Le bateau s’est retourné instantanément et a chaviré”, a témoigné Yoon, une autre survivante de 32 ans.

“Trop de bateaux” –

Des marins, dont les navires étaient sur le Danube au moment de l’accident, ont déclaré à l’AFP qu’il y avait trop de bateaux, avec des équipages incapables de communiquer entre eux à cause de barrières linguistiques.

Toute la journée, des habitants de la ville se pressaient au bord du fleuve, près du site de l’accident, déposant des fleurs en hommage aux victimes et observant les bateaux de l’armée au dessus de l’embarcation naufragée.

La “Sirène” effectuait un voyage touristique “routinier”, a déclaré un porte-parole de son propriétaire Panorama Deck, à l’agence hongroise MTI. Vingt-et-une personnes sont portées disparues, 19 sud-coréens dont une fillette de six ans, le capitaine hongrois et un membre de l‘équipage.

burs-jza/cjc/cr/avz

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.