Italie : l'ultimatum du président du conseil, face aux querelles Salvini - Di Maio

Italie : l'ultimatum du président du conseil, face aux querelles Salvini - Di Maio
Par Olivier Peguy
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef du gouvernement menace de démissionner si les deux partis de la majorité ne mettent pas fin à leurs querelles.

PUBLICITÉ

En Italie, le président du Conseil brandit la menace d'une démission face aux dissensions qui minent la coalition gouvernementale, composée de la Ligue de Matteo Salvini et du mouvement 5 étoiles (M5S) de Luigi Di Maio.

Lors d'une conférence de presse ce lundi à Rome, Giuseppe Conte a mis les deux chefs de partis, ses deux vice-présidents du Conseil, face à leur responsabilité.

« Je demande à chacune des deux forces politiques de faire un choix, et de me dire si elles ont l'intention de suivre encore le contrat de gouvernement, a-t-il lancé. Si ce n'est pas le cas, alors je remettrai mon mandat entre les mains du président de la République. »

Le chef du Mouvement 5 étoiles, Luigi Di Maio, a déjà répondu à l'appel de Giuseppe Conte, indiquant qu'il était loyal et qu'il entendait rapidement se mettre au travail. Problème : ce parti anti-système a perdu de son aura dans l'électorat, s'il on s'en tient aux dernières élections européennes, et il n'apparaît plus en position de force dans la majorité.

A l'inverse, la Ligue de Matteo Salvini semble avoir le vent en poupe, au regard de son succès aux européennes. Le chef de ce parti d'extrême droite a, lui aussi, répondu à Giuseppe Conte, en indiquant qu'il pouvait compter sur la Ligue pour "aller de l'avant".

Reste à savoir si ces déclarations constituent des garanties suffisantes pour le chef du gouvernement.

- avec agences -

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Matteo Salvini survit à une motion de défiance sur ses liens avec Moscou

Matteo Salvini a rassemblé ses alliés populistes à Rome avant les élections européennes

Poursuivi pour avoir bloqué des migrants en mer, Matteo Salvini dit avoir "rendu service" à l'Italie