Matteo Salvini survit à une motion de défiance sur ses liens avec Moscou

Matteo Salvini, vice-premier ministre italien accompagné de Giorgian Meloni, premier ministre italien.
Matteo Salvini, vice-premier ministre italien accompagné de Giorgian Meloni, premier ministre italien. Tous droits réservés Gregorio Borgia/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Gregorio Borgia/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini, chef du parti la Ligue, a survécu ce mercredi à une motion de défiance portant sur les liens de son parti d'extrême droite avec la Russie.

PUBLICITÉ

Matteo Salvini, vice-Premier ministre italien et chef du parti d'extrême droite la Ligue, a survécu mercredi à une motion de défiance portant sur les liens de son parti avec la Russie.

L’opposition du centre et de gauche l’accusent de ne pas avoir coupé les ponts avec le parti Russie unie du président russe Vladimir Poutine, et avec le président lui-même, après l’invasion russe en Ukraine, en février 2022.

Salvini-Poutine, un lien durable ?

L’admiration de Matteo Salvini envers Poutine n’est pas nouvelle : le 6 mars 2017, les deux partis, Russie unie et la Ligue, signent un accord de cinq ans dont l’objectif est de lutter contre l’immigration illégale, le terrorisme islamiste, et de lutter contre les sanctions occidentales envers la Russie. Ils ont automatiquement renouvelé cet accord en 2022.

Les partis d’opposition italiens attendent donc des preuves de la part de Matteo Salvini et de son parti - qui fait partie de la coalition soutenant le gouvernement de Giorgia Meloni - démontrant qu’il a bel et bien mis un terme à cette alliance.

La Ligue affirme dans un communiqué publié mardi que "la guerre a complètement changé les jugements et les relations politiques avec la Russie". Le chef du parti italien avait également condamné l'invasion Russe en Ukraine. 

Néanmoins, Matteo Salvini a tout de même tenu des propos pro-Poutine après la réélection controversée de celui-ci en mars 2024.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Paris se débarrasse-t-elle de ses migrants en vue des JO ?

69 ressortissants boliviens interdits de débarquer d'un navire de croisière

En Géorgie, "l'influence étrangère" visée par le gouvernement