Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Neymar accusé de viol: Tite ne se "permet pas de juger"

Neymar accusé de viol: Tite ne se "permet pas de juger"
Taille du texte Aa Aa

Le sélectionneur brésilien Tite a affirmé lundi ne pas pouvoir “se permettre de juger” les accusations de viol contre Neymar, considéré comme “indispensable” à l‘équipe qui s’apprête à disputer la Copa America à domicile.

“Je sais à quel point ce sujet est important. Je sais aussi qu’il s’agit d’une question personnelle et que les faits seront jugés en temps voulu”, a expliqué Tite lors d’une conférence de presse au centre d’entraînement de la Seleçao à Teresopolis, près de Rio de Janeiro.

“Neymar est un joueur extraordinaire. (…) Notre relation a toujours été très transparente. Je ne me permets pas de juger”, a ajouté le sélectionneur, qui a tenté d’esquiver tant bien que mal les nombreuses questions des journalistes sur le sujet.

“D’un point de vue technique, il est indispensable”, a-t-il déclaré, avant de préciser ses propos: “Quand je dis indispensable, je ne veux pas dire irremplaçable. Il est indispensable à la qualité du groupe, mais personne n’est irremplaçable”.

Le scandale a éclaté samedi, avec la révélation du procès verbal d’une plainte déposée à Sao Paulo par une Brésilienne accusant Neymar de l’avoir violée à Paris.

D’après ce procès verbal, elle aurait séjourné à Paris du 15 au 17 mai, sur invitation du joueur, qu’elle accuse d’avoir été “agressif” et d’avoir “fait usage de violence pour avoir une relation sexuelle sans son consentement”.

- “Tombé dans un piège” –

Dans une vidéo publiée samedi soir sur Instagram, Neymar a nié ces accusations, assurant être “tombé dans un piège”. Pour tenter de se disculper, il a diffusé dans cette vidéo les messages intimes échangés avec la jeune femme, y compris des photos dénudées qu’il a reçues. Lundi, ce contenu ne figurait plus sur Instagram.

La police de Rio a annoncé dimanche qu’une enquête serait ouverte au sujet de la diffusion de ses messages intimes, ce qui est interdit par la loi brésilienne.

Une voiture de police a été vue par un journaliste de l’AFP en train d’entrer dans le centre d’entraînement en fin de matinée, au moment où Tite donnait sa conférence de presse.

D’après le site Globoesporte.com, Neymar doit être informé par les policiers qu’il devra comparaître au commissariat de Répression des crimes informatiques pour une déposition.

Le site brésilien Uol, le premier à avoir révélé l’affaire samedi, a indiqué lundi qu’au-delà de la plainte, la jeune femme avait remis à la police un “dossier” avec des images censées servir d‘éléments de preuve.

Dans un entretien lundi matin à la chaîne TV Bandeirantes, le père du joueur, Neymar da Silva Santos, a affirmé que son fils s‘était “rendu compte qu’il était filmé” par la Brésilienne avec son smartphone lors de leur rencontre à l’hôtel.

Le Brésil disputera la Copa America à domicile du 14 juin au 7 juillet. Auparavant, Neymar devrait être aligné mercredi pour un match amical contre le Qatar, à Brasilia.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.