Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Décision en 2020 sur l'éventuelle extradition d'Assange vers les Etats-Unis

Décision en 2020 sur l'éventuelle extradition d'Assange vers les Etats-Unis
Taille du texte Aa Aa

Un peu de répit pour Julian Assange. C'est en février 2020 que la justice britannique statuera sur son éventuelle extradition vers les États-Unis. Ainsi en a décidé vendredi un juge du tribunal londonien de Westminster. "Une audience de cinq jours aura lieu en février, probablement à partir du 24 février", a précisé un porte-parole du parquet.

Les États-Unis reprochent à Julian Assange d'avoir mis en danger certaines de leurs sources au moment de la diffusion en 2010 par WikiLeaks de 250.000 câbles diplomatiques et d'environ 500.000 documents confidentiels portant sur les activités de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan.

Ils l'accusent également d'avoir "comploté" avec Chelsea Manning, à l'origine de cette fuite sans précédent.

Julian Assange est soupçonné d'avoir "aidé" et "incité" cette ex-analyste militaire "à obtenir des informations confidentielles en sachant qu'elles pouvaient être utilisées au détriment des Etats-Unis et à l'avantage d'une nation étrangère", a déclaré fin mai le ministère américain de la Justice, révélant dix-sept nouveaux chefs d'inculpation. Chelsea Manning, qui a déjà passé sept ans derrière les barreaux, est en prison depuis mi-mai, après avoir refusé de témoigner contre Julian Assange.

A Londres ce vendredi, l'avocate de Julian Assange ne cache pas son inquiétude :

"Aucun éditeur ou journaliste ne devrait jamais être extradé pour avoir publié des informations véridiques pour lesquelles il a remporté des prix de journalisme dans le monde. Cela créera un terrible précédent qu'aucun gouvernement démocratique ne devrait défendre" souligne son avocate Jennifer Robinson.

L'Australien, qui a pu assister à l'audience depuis sa prison par visioconférence dit craindre de finir ses jours derrière les barreaux s'il était extradé. C'est officiellement pour échapper à cet avenir que Julian Assange s'est réfugié pendant 7 ans à l'ambassade d’Équateur à Londres. Il purge actuellement une peine de 50 semaines de prison en Angleterre.

avec AFP et Reuters