Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

NBA: Golden State, fin de cycle ou malchance carabinée?

Stephen Curry des Golden State Warriors lors du match 6 de la finale NBA face aux Toronto Raptors, à Oakland, le 13 juin 2019
Stephen Curry des Golden State Warriors lors du match 6 de la finale NBA face aux Toronto Raptors, à Oakland, le 13 juin 2019 -
Tous droits réservés
EZRA SHAW
Taille du texte Aa Aa

Golden State a échoué: la franchise californienne qui rêvait d’un rarissime troisième titre NBA consécutif, a chuté face au nouveau-venu Toronto (4-2), un échec cinglant qui s’explique en partie par les blessures de Kevin Durant et de Klay Thompson.

Stephen Curry et ses coéquipiers n’ont pas réussi le “three-peat”, la passe de trois dans le jargon de la NBA. Seuls les Minneapolis Lakers (1952-54), les Boston Celtics (8 titres de suite entre 1959 et 1966), les Chicago Bulls de Michael Jordan (1991-1993 et 1996-98) et les Los Angeles Lakers de Kobe Bryant (2000-02) ont réussi cet exploit.

. Le feuilleton Durant

Kevin Durant n’a joué que douze minutes dans cette finale 2019, mais il en a été l’un des acteurs majeurs.

Il a d’abord manqué les quatre premiers matches à cause d’une déchirure au mollet survenue le 8 mai durant le duel du 2e tour face à Houston.

Pour son retour sur les parquets après un mois d’absence, lundi dernier, le longiligne ailier a vite retrouvé ses repères avec onze points durant le premier quart-temps.

Mais il s’est blessé dès le début de la 2e période, toujours à la jambe droite, mais cette fois au tendon d’Achille. Le diagnostic est tombé deux jours plus tard: rupture du tendon d’Achille qui vaudra au meilleur joueur (MVP) du Championnat 2015 une absence de huit à douze mois.

Sans son meilleur marqueur, Golden State avait éliminé Houston (4-2), puis balayé Portland en finale de conférence (4-0).

Mais en finale, les Warriors souffrent en défense et perdent trois des quatre premiers matches, dont deux à domicile. Ils s’offrent, malgré le choc de la blessure de Durant, un sursis en arrachant lundi une victoire quasi inespérée à Toronto, avant de capituler dans le match N.6 (114-110) affaiblis par la blessure à un genou de Klay Thompson.

. L‘été sera chaud

La balade des Warriors en finale de conférence (4-0) avait relancé un débat éteint depuis longtemps: ne sont-ils pas meilleurs sans Durant?

Leur défaite en finale répond définitivement à cette question.

Durant, qui a rejoint Golden State en 2016, peut résilier sa dernière année de contrat et négocier un nouveau contrat nettement revalorisé avec les Warriors (221,3 millions de dollars sur cinq ans) ou une autre équipe.

Sauf que sa grave blessure et sa longue absence changent complètement la donne.

Il pourrait maintenant aller au terme de son contrat et passer sa convalescence dans la baie de San Francisco, à moins qu’une équipe fasse le pari de lui offrir un contrat mirobolant sans vraiment savoir s’il retrouvera son meilleur niveau.

Les New York Knicks étaient en pole position pour l’accueillir.

Klay Thompson et le pivot DeMarcus Cousins seront “agents libres”, mais le premier a fait toute sa carrière à Golden State et ne se voit pas partir, tandis que le second, de retour d’une grave blessure, puis blessé en play-offs, n’a pas vraiment réussi à s’imposer.

. Le début d’un cycle

Plus que la fin d’un cycle, cette finale 2019 pourrait marquer le début d’un nouveau.

Les Warriors ont certes été dominés par les Raptors et ont traversé des zones de turbulence en saison régulière, comme ces quatre défaites de suite en novembre, du jamais vu depuis le début de la nomination de Steve Kerr en 2014, mais ils vont entrer dans une nouvelle ère en s’installant cet été dans une nouvelle salle, en plein coeur de San Francisco.

Sans Durant, blessé ou parti sous d’autres cieux, Golden State aura toujours dans son effectif l’un des meilleurs shooteurs à trois points de l’histoire, Stephen Curry (31 ans), Draymond Green (29 ans) et sans doute Klay Thompson (29 ans).

Son cinq majeur a les épaules assez larges pour viser un nouveau titre, à condition de se renforcer au poste de pivot.

Kerr va devoir muscler son banc qui a montré des signes de faiblesse et qui pourrait perdre deux joueurs importants.

Les vétérans Shaun Livingston (33 ans) et Andre Iguodala (35 ans) pourraient en effet raccrocher. Mais Kevon Looney (23 ans) a lui montré qu’il avait la carrure pour être titulaire et incarner l’avenir.

“C’est dur de perdre une finale, mais notre histoire n’est pas terminée”, a assuré Curry.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.