Tankers attaqués: les Etats-Unis diffusent une vidéo incriminant selon eux l'Iran

Tankers attaqués: les Etats-Unis diffusent une vidéo incriminant selon eux l'Iran
Taille du texte Aa Aa

Les Etats-Unis ont accusé vendredi l’Iran d’avoir perpétré les attaques de la veille contre deux pétroliers dans la région du Golfe, diffusant une vidéo à la faible résolution qui révèle, selon eux, l’implication des forces iraniennes dans l’une des opérations.

Le Commandement central américain a publié jeudi une vidéo qu’il présente comme étant l’accostage d’un des tankers attaqués, le Kokuka Courageous, par une vedette des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique du régime iranien, dont l‘équipage retirerait une mine non explosée de la coque.

Le pétrolier japonais a été la cible jeudi matin d’une attaque, tout comme le tanker “Front Altair”, propriété de la compagnie Frontline, cotée à la Bourse Oslo.

Sur la vidéo, la vedette, avec à son bord entre huit et dix personnes apparemment vêtus de gilets de sauvetage, apparait accoster près d’un pétrolier.

Les premières images montrent une personne se tenant debout à l’avant de la vedette qui semble retirer de la coque un objet de couleur claire, légèrement plus grand qu’une grande assiette.

“Un bateau de patrouille (…) des Gardiens de la Révolution a approché le M/T Kokuka Courageous et a été observé et enregistré en train de retirer une mine ventouse qui n’avait pas explosé”, a déclaré le Commandement central américain.

Un autre plan, légèrement zoomé, montre la vedette, longue de 10 à 15 mètres (30 à 50 pieds), qui s‘éloigne du gros navire. Avant, un autre plan apparaît montrer une mitrailleuse sur le petit bateau.

Sur deux plans, les détails du navire semblent correspondre à ceux retrouvés dans des images d’archives de l’AFP du Kokuka Courageous.

Le Commandement central américain n’a pas donné de détails sur les circonstances dans lesquelles les images avaient été tournées mais il semble qu’elles aient été prises depuis les airs.

La société propriétaire du navire japonais a affirmé qu’il avait été touché par un “objet volant”, selon des témoins, avant une autre explosion à bord.

Suite à une première explosion, les 21 marins du Kokuka Courageous ont abandonné le navire après la découverte sur la coque d’une mine ventouse qui n’avait pas explosé, a déclaré le porte-parole de la marine américaine.

Il a précisé que les marins avaient été récupérés par un remorqueur néerlandais avant d’être transférés sur l’USS Bainbridge.

L’analyste Ali Ansari, expert du Moyen-Orient à l’université de Saint-Andrews en Ecosse, met en garde contre des conclusions hâtives sur cette vidéo.

“Les conséquences peuvent être importantes donc on ne devrait pas se dépêcher à tirer des conclusions”, a-t-il dit.

Jean-Pierre Maulnay, directeur adjoint de l’Institut de relations internationales et stratégiques à Paris, estime que la video est “inexploitable”.

Selon lui, les personnes à bord du bateau semblent retirer quelque chose de la coque du navire mais “nous ne savons pas ce que c’est”.

Mais le président américain Donald Trump a affirmé vendredi que les attaques étaient “signées” de l’Iran, s’appuyant sur la vidéo.

“Vous avez vu le bateau de nuit, retirant la mine”, a-t-il dit. Centcom a indiqué que la vidéo avait été prise à 16h10 heure locale.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.