Le délai a expiré, les hongkongais redescendent dans la rue

Des manifestants devant le quartier général de la police
Des manifestants devant le quartier général de la police -
Tous droits réservés
REUTERS/Ann Wang
Taille du texte Aa Aa

Ce vendredi, le délai qu'avait accordé les manifestants au gouvernement de Hong Kong a expiré. Il réclamaient l'enterrement définitif du projet de loi visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale. Ce matin, ils étaient encore des milliers à se rassembler dans les rues.

La cheffe du gouvernement, Carrie Lam, avait déjà procédé à un rétropédalage sur la question, mais ça n'a pas calmé les contestataires pour autant. De nombreux Hongkongais dénoncent depuis des années une ingérence grandissante de ¨Pékin, en violation du principe de "un pays, deux systèmes" qui garantit à Hong Kong, en théorie jusqu'en 2047, une semi-autonomie et des libertés inexistantes ailleurs en Chine.

REUTERS/Tyrone Siu
Carrie Lam pendant une conférence à Hong Kong le 18 juinREUTERS/Tyrone Siu

Hong-Kong est, depuis plusieurs semaines, le théâtre d'une contestation historique à l'encontre d'un projet de loi controversé visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale.

Pour la plupart vêtus de noir - la couleur choisie pour le rassemblement monstre du dimanche 16 juin qui avait réuni deux millions de personnes (pour sept millions d'habitants) -, les hongkongais ont été invités à manifester pacifiquement et à bloquer les routes et les transports en commun. Ils se sont ensuite rassemblés à l’extérieur du quartier général de la police pour exprimer leur mécontentement et leur frustration face à la détermination de Carrie Lam.

Les protestataires ont retrouvé Joshua Wong, figure de la colère à Hong Kong. Fraîchement sorti de prison suite à son rôle dans la révolution des parapluies, l'étudiant de 22 ans est l'un des leaders de cette nouvelle révolte.

REUTERS/Tyrone Siu
Joshua Wong pendant les manifestations du 21 juinREUTERS/Tyrone Siu

Outre la volonté de garder cette indépendance à Hong-Kong, les manifestants demandent la démission de Carrie Lam, la libération des personnes détenues à l'occasion de ces affrontements et une enquête sur les violences policières.