En Egypte, les coptes se disent exclus du football

En Egypte, les coptes se disent exclus du football
Taille du texte Aa Aa

Mina Bindari avait un rêve : devenir footballeur professionnel. Ce qui a empêché ce jeune Egyptien de 23 ans d'atteindre son but : sa religion chrétienne.

En Egypte, les coptes se disent exclus du football. Mais quand la porte se ferme, on entre par la fenêtre. Et c'est pourquoi Mina a fondé il y a 3 ans son propre centre de formation pour les coptes égyptiens.

Un carton rouge adressé à son pays, qui accueille la coupe d'Afrique des nations :"Nous avons un problème. Quand les chrétiens d'Egypte essaient de rejoindre des clubs, ils sont tous exclus. Je devais jouer dans des tournois organisés par l'Eglise, des choses comme ça", explique-t-il.

"Pourquoi est-ce que je ne peux pas être comme tous ceux que je vois à la télévision, ou comme mes amis de l'école qui joue pour tel club ? Je me rends compte que ce n'est pas ma faute. Et qu'il y a un problème en Egypte depuis plus de 50 ans."

Comme Mina Bindari, les coptes d'Egypte, soit 10% de la population, sont laissés sur le banc de touche. Certains disent avoir été exclus une fois leur nom révélé aux instances dirigeantes.

Un seul copte au sein de l'équipe nationale

Karam Kordy, membre de la fédération égyptienne de football, nie toute discrimination, à la sélection des joueurs : "Nous ne demandons pas aux joueurs s'ils sont musulmans ou chrétiens, ou de quelle religion ils sont. Ces choses-là n'existent pas. Nous avons tout le temps des joueurs coptes qui excellent et jouent pour l'équipe nationale et nous les encourageons".

Pourtant les faits sont là. Si Hany Ramzy, adjoint du sélectionneur de l'équipe nationale égyptienne, est effectivement copte, il est le seul.

Un autre copte, Ashraf Youssef, a joué par le passé pour l'Egypte, dans une poignée de matchs. Et c'était dans les années 90. Aujourd'hui, ils sont 300 dans l'académie de Mina à espérer allonger un jour allonger la liste.