DERNIERE MINUTE

La pêche au plastique en Grèce

La pêche au plastique en Grèce
Tous droits réservés
REUTERS/Jorge Silva
Taille du texte Aa Aa

Des déchet recueillis pour la bonne cause… En Grèce, le jeune Lefteris Arapakis, descendant d'une lignée de pêcheurs, a monté une association pour encourager les professionnels à ramener à terre les déchets pris dans leurs filets. Une initiative qui lui a valu le prix des _Jeunes champions de la terre _des Nations Unies. Il raconte comment est venu le déclic :

« Nous avons retiré du filet une canette de Coca-Cola qui avait une couleur bizarre. Je l'ai prise dans la main et j'ai vu que sa date de péremption remontait à 1987. Cette chose était dans la mer depuis plus de 30 ans. C'est ça qui m'a choqué. Ensuite, et ça m'a choqué aussi, le pêcheur l'a rejetée à la mer. Il m'a dit qu'il n'était pas payé pour ramasser les déchets. »

D'où l'idée de Lefteris : recycler les déchets en produits et reverser une partie des profits aux pêcheurs participants.

Des pêcheurs convertis à la récup'

« Même si certains s'y mettent uniquement pour l'argent - et ils ne sont pas si nombreux - au fil du temps, ils s'impliquent vraiment, raconte le fondateur de l'association Enaleia. Un capitaine m'a confié qu'avant, il jetait son gobelet de café dans la mer alors qu'aujourd'hui, il prend soin de le mettre à la poubelle. Et je lui ai rappelé cela faisait seulement six mois qu'il collaborait avec nous ! »

L'association collecte ainsi chaque mois quelque 2,5 tonnes de plastique, mais pas seulement…

« Nous envoyons les vieux filets et les cordes à l'étranger où ils sont recyclés et transformés en chaussettes, en maillots de bain et divers autres produits, explique Lefteris. Quant au plastique, aux canettes et aux autres déchets, ils servent pour notre ligne de produits recyclés, une ligne que nous avons créée avec une entreprise certifiée. […] __Il faut créer un cercle vertueux de coopération. Les gens doivent arrêter de jeter du plastique, les entreprises doivent arrêter d'en mettre partout et les États ont un rôle à jouer à ce niveau. Nous, nous continuerons de le retirer de l'eau. »

Si les pêcheurs grecs s'impliquent, c'est aussi parce que leur avenir est en jeu. À ce rythme, d'ici 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans la mer.

« Quand on sort tous ces objets de la mer ; des bouteilles, des sacs, toutes sortes de plastiques et même des motos et des vélos, on se dit qu'on doit poursuivre nos efforts. __La mer, c'est notre vie. », conclutChristos Panayiotou, un pêcheurs associé à l'initiave.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.