À Barcelone, le fléau du plastique

À Barcelone, le fléau du plastique
Taille du texte Aa Aa

24 millions de tonnes de déchets plastiques, c'est ce que génère l'ensemble des pays méditerranéens chaque année. 570 000 tonnes finissent dans la mer, l'équivalent de près 34 000 bouteilles plastiques chaque minute. Ces chiffres choc, ce sont ceux du WWF.

L'Espagne est l'un des pays les plus concernés, tout particulièrement Barcelone, le deuxième littoral le plus pollué de Méditerranée derrière la région de Cilicie en Turquie. Un fléau pour les fonds marins et la faune.

« Le plastique est en train d'altérer sérieusement l'écosystème. Il y a une importante mortalité parmi les mammifères, les poissons et les oiseaux de mer en raison des plastiques. Soit les animaux restent accrochés, soit ils ingèrent les plastiques et ne parviennent pas les évacuer, et puis il y a aussi ce qu'on appelle la pêche fantôme, à savoir des filets abandonnés qui continuent de piéger des poissons. »
Miquel Canals
professeur de sciences maritimes à l'Université de Barcelone

Durant les mois d'été, les déchets plastiques augmentent d'un tiers. Les régions fortement dépendantes du tourisme balnéaire sont plus vulnérables à cette pollution et à ses conséquences économiques. Des pertes chiffrées à quelque 640 millions d'euros par an.

« À partir de 17 heures, les gens quittent la plage et laissent derrière eux les bouteilles en plastique, tout reste là », se lamente un résident du quartier de la Barceloneta.

Mais le plastique n'affecte pas seulement l'environnement et la vie marine. Il influe aussi sur notre santé.

« Le problème, c'est que notre contamination par les résidus plastiques est quotidienne et insidieuse. Lorsqu'ils sont en contact avec la chaleur, beaucoup d'emballages plastiques libèrent des substances, des résidus que nous détectons ensuite dans les urines. Donc la principale source et voie d'entrée, ce sont les aliments et leurs emballages. »
Miquel Porta
chercheur à l'Hôpital de la Mer, Barcelone

L'Union européenne a pris l'initiative avec une directive sur les plastiques jetables. À compter de 2021, les produits tels que les couverts, les assiettes et les pailles en plastique seront interdits.

Ces produits représentent 70 % des déchets en mer, et selon les experts, des plans d'urgence sont nécessaires pour en finir avec les plastiques à usage unique, sans quoi d'ici 2050, il pourrait y avoir davantage de plastique dans la mer que de poissons.