Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le plastique étouffe une île paradisiaque du Pacifique

Le plastique étouffe une île paradisiaque du Pacifique
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'île Henderson située en plein cœur du Pacifique est aujourd’hui noyée sous un océan de déchets de plastique face auquel les scientifiques se disent démunis. Rattachée à la colonie britannique de Pitcairn, l’île se trouve à mi-chemin entre la Nouvelle-Zélande et le Pérou, distants d’environ 5 500 kilomètres.

Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco pour son écologie pratiquement intacte en 1988, elle a vu s'accumuler bouteilles et boites en plastique sur ses plages avant d'atteindre une des concentrations les plus élevées en plastique de la planète : 700 morceaux de plastique au mètre carré.

Située au centre du gyre subtropical du Pacifique Sud, un gigantesque tourbillon océanique qui lui permet de développer une faune et une flore inédite grâce à l'apport en nutriments et en eau régulier, l'île reçoit aussi les nombreux détritus des territoires environnants.

Ces déchets s'amoncellent sur les plages et se transforment parfois en poussières presque invisibles qui sont alors ingérées par les oiseaux et les tortues du Pacifique.

Des opérations de nettoyage sont organisées mais elles restent aujourd'hui insuffisantes face à l'ampleur du problème. Le mois dernier, la scientifique a organisé sur l’île un ramassage de déchets, et six tonnes de plastique ont été collectées sur les plages en deux semaines de dur labeur. Leur bateau ne pouvant approcher suffisamment près de la côte, ces déchets n’ont pu être emportés. Ils ont été rassemblés au-delà de la ligne de pleine mer en vue d’une récupération future.

Selon les chercheurs qui se sont rendus sur l'île, la seule solution serait de réduire drastiquement la production de plastique.