Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Une femme pour succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de la commission

Une femme pour succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de la commission
Tous droits réservés
REUTERS/Yves Herman
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ursula Von der Leyen pourrait donc devenir la première femme à prendre la direction de la commission européenne, si le parlement européen décide d'approuver ce choix. Elle est de la même famille politique que Jean-Claude Juncker et Angela Merkel, issue du parti populaire européen, le groupe le plus important du parlement.

Elle a 60 ans. Médecin de formation, elle n'arriverait pas en terre étrangère à Bruxelles, elle est née et a vécu en Belgique jusqu'à son adolescence.

Son père a travaillé à un haut niveau de responsabilité à la commission européenne lors de sa création en 1958.

Polyglotte, européenne convaincue, c'est une francophile très appréciée par Paris.

REUTERS/Michael Kappeler

Toutefois peu connue du grand public européen, elle est actuellement ministre allemande de la Défense. C'est une proche d'Angela Merkel qui l'a nommée ministre dans chacun de ses quatre gouvernements. Elle a un temps été considérée comme la dauphine de la chancelière.

Il y a 6 ans qu'Ursula Von der Leyen a pris la tête de l'armée allemande et son bilan à ce poste est controversé. Une série de scandales ont en effet éclaboussé la Bundeswehr et son ministère depuis : matériel obsolète, sous-investissements, experts surpayés, essor de l'extrême droite dans les rangs... Si bien que le verdict des Allemands est dur : selon un sondage récent du quotidien Bild, elle est considérée comme l'une des deux ministres les moins compétents du gouvernement.

REUTERS/Carlos Jasso

La seconde femme de cet "équilibre parfait" pour citer Donald Tusk, c'est Christine Lagarde au poste de présidente de la Banque centrale européenne. A 63 ans, la directrice du fonds monétaire internationale s'est dite "très honorée".

Nommée à la tête du FMI en 2011, reconduite à ce poste en 2016, elle fait plutôt l'unanimité à Bruxelles. Surnommé la dame de fer du FMI, elle a été intransigeante avec les Grecs sur le déficit public.

Première femme à avoir occuper le poste de ministre français de l'Economie et des Finances sous la présidence de Nicolas Sarkozy, elle est au fait des dossiers. Certains la voient même à l’Élysée. Seul accroc, l’arbitrage trop favorable à Bernard Tapie dans l’affaire Adidas pour lequel elle a été condamnée pour négligence.

Sera-t-elle aussi la première femme à prendre la tête de la BCE ? On le saura bientôt.