Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Iran : Ali Khamenei annonce la poursuite de l'enrichissement d'uranium

Iran : Ali Khamenei annonce la poursuite de l'enrichissement d'uranium
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La tension monte entre Téhéran et l'Occident. Dans un discours retransmis à la télévision d'Etat, le Guide suprême iranien Ali Khamenei accuse l'Europe ce jeudi de ne pas tenir ses promesses, et affirme que son pays ne stoppera pas l'enrichissement d'uranium.

"Vous êtes impolis, vous avez eu onze engagements et vous n'en avez rempli aucun" indique-t-il. "Pourquoi exigez-vous que nous remplissions le nôtre ? Nous avons tout juste commencé à réduire nos engagements et ce processus va certainement continuer" affirme-t-il.

Vous avez eu onze engagements et vous n'en avez rempli aucun
Ali Khamenei
Guide Suprême iranien

Depuis la sortie unilatérale des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire de 2015, l'Europe ne parvient pas à ramener Washington et Téhéran à la table des négociations. Alors que les sanctions américaines continuent à pleuvoir sur la République islamique, l'immobilisation du pétrolier iranien Grace One à Gibraltar par le Royaume-Uni contribue à exacerber les tensions.

"Il s'agit de piraterie" d'après le Guide Suprême. "La république islamique ne laissera pas de tels actes pervers sans réponse. Il y aura une réponse au moment et à l'endroit appropriés" conclut-il.

Le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt, a déclaré que Londres œuvrerait pour la libération du pétrolier si Téhéran pouvait garantir qu'il ne se rendait pas en Syrie, le pays faisant l'objet de sanctions européennes.

Sans préciser la destination du pétrolier, Téhéran a affirmé que le navire ne se rendait pas en Syrie. D'après Londres, des navires iraniens auraient tenté de bloquer le passage d'un pétrolier britannique dans le détroit d'Ormuz en guise de représailles la semaine dernière. Des accusations démenties par Téhéran.