Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Canicule épisode 2 : l'appel à l'aide des agriculteurs français entendu ?

Canicule épisode 2 : l'appel à l'aide des agriculteurs français entendu ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est le retour de la canicule sur la France. Le thermomètre fait un bond dans la moitié sud du pays, et les 40-41 degrés pourraient être atteint en milieu de semaine à Paris.

Lors du premier épisode caniculaire, exceptionnel par sa précocité et son intensité, le record absolu de température s'était établi à 46°C dans une petite commune de l'Hérault le 28 juin dernier.

Cette fois-ci, Météo France a placé 21 départements du Sud-Ouest et du Centre-Est en vigilance orange canicule dès ce lundi matin. Seules la pointe et la côte nord de la Bretagne devraient épargnés par la bulle de chaleur cette semaine.

Conséquence directe, le gouvernement français a décidé de sonner la mobilisation pour les agriculteurs. Le ministre Didier Guillaume doit présenter ces mesures d'urgences dans la journée à Blois. Toutes les cultures sont touchées, et dans de nombreux départements, les éleveurs doivent désormais acheter des stocks de foin pour nourrir leurs bêtes.

Après la sécheresse de 2018, et ce début d'années très sec, le gouvernement va donc autoriser 9 nouveaux départements à faucher les jachères. C'était déjà le cas dans 24 départements du centre et du sud depuis le 1er juillet. Le gouvernement voudrait éviter que les exploitants soient obligés, comme l'an dernier, d'envoyer leurs bêtes à l'abattoir par manque de fourrage... Car cela déséquilibre le marché et fait baisser les cours de la viande.

Le gouvernement va aussi demander un déblocage anticipé des aides européennes liées à la PAC, ce qui devrait lui permettre de disposer d'un milliard d'euros pour les redistribuer aux agriculteurs français dans le besoin.