Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Béji Caïd Essebsi, l'homme qui a accompagné la naissance de la démocratie en Tunisie

Béji Caïd Essebsi, l'homme qui a accompagné la naissance de la démocratie en Tunisie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Il était le premier président élu démocratiquement en Tunisie. Les autorités du pays ont annoncé ce jeudi la mort du chef de l'Etat, Béji Caïd Essebsi, âgé de 92 ans. Quelques heures auparavant, il avait été admis en soins intensifs à l'hôpital militaire de Tunis.

Béji Caïd Essebsi gouvernait le pays depuis fin 2014 après une longue carrière politique. Né en 1926, Essebsi a milité dans les années 50 pour l'indépendance de son pays.

Sous la présidence du père de la Nation, Habib Bourguiba, il est plusieurs fois ministre, de quoi se familiariser avec tous les arcanes du pouvoir.

Au début de la présidence de Zine el-Abidine Ben Ali, Essebsi est député, et même président du parlement. Puis il prend ses distances avec le pouvoir dans les années 90 et 2000.

Révolution de Jasmin

Il revient sur le devant de la scène politique lors de la Révolution de Jasmin. En janvier 2011, le régime de Ben Ali est balayé par la contestation populaire. Béji Caïd Essebsi fait alors figure de recours, en raison de sa longue expérience de l'Etat.

A 84 ans, il est nommé Premier ministre provisoire et en octobre 2011, c'est lui qui organise les premières élections libres en Tunisie. Trois ans plus tard, il remporte la présidentielle, sous les couleurs du parti qu'il a créé, Nidaa Tounès.

L'histoire retiendra ses efforts pour promouvoir la place des femmes dans le pays, ainsi que le rôle qu'il a joué pour accompagner la démocratie naissante en Tunisie. Toutefois, certains estiment qu'Essebsi a conservé certaines habitudes propres à l'ancien régime, comme le népotisme, et qu'il n'a pas su relever l'économie du pays.

Comme le déclarait l'un de ses proches : "Essebsi n'a pas moralisé la vie politique alors que c'était pourtant nécessaire".