Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Ingérence russe : le procureur Mueller face au Congrès américain

Ingérence russe : le procureur Mueller face au Congrès américain
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Audition marathon ce mercredi au Congrès américain. Robert Mueller, qui a enquêté sur les soupçons d'ingérence de la Russie dans la présidentielle américaine de 2016, a été interrogé par la Chambre des représentants.

Une audition où le procureur a campé sur ses positions

S'il a confirmé qu'il y avait bien eu des contacts entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump, Robert Mueller affirme ne pas avoir rassemblé les preuves d'un éventuel complot : "L'enquête n'a pas permis d'établir que des membres de la campagne Trump avaient conspiré avec le gouvernement russe dans ses activités d'ingérence électorale. Nous avons décidé de ne pas nous prononcer sur le fait de savoir si le président avait oui ou non commis un crime."

"Un canular" pour Trump

Un soulagement pour Donald Trump. Après cette audition, il peut se consacrer pleinement à sa campagne de réélection. Ce mercredi, il a affirmé qu'"il n'était pas possible de défendre ce canular ridicule, cette chasse aux sorcières qui dure depuis trop longtemps."

Une déception pour les démocrates

Les démocrates comptaient sur cette audition pour ouvrir une procédure de destitution contre le président.

Désormais, ils mettent en avant une déclaration pour le moins énigmatique formulée par Robert Mueller. Lors de son audition, le procureur a précisé qu'un président en exercice ne pouvait pas être inculpé, mais qu'il le pourrait une fois qu'il aurait quitté la Maison Blanche.