Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'économie européenne au ralenti

L'économie européenne au ralenti
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'économie européenne est au ralenti. Selon des données publiées mercredi par Eurostat, le PIB de la zone euro a augmenté de 0,2% sur la période d'avril à juin contre 0,4% au premier trimestre.

Même chiffre pour l'Europe des 28 : +0,2% contre 0.5% de janvier à mars.

La France, elle a annoncé une croissance à 0,2% au deuxième trimestre.

Sur un an, la croissance est ressortie à 1,1% en baisse, par rapport aux 1,2% enregistrés sur la période de janvier à mars.

En cause, le ralentissement de la demande et les incertitudes qui planent sur l'activité économique.

Côté emploi, les chiffres sont encourageants : le taux de chômage a reculé de 0,1% en juin, atteignant les 7,5%...son chiffre le plus bas depuis 11 ans.

Mais reste une ombre au tableau : le chômage des jeunes.

Selon le porte-parole de la Commission européenne, il s'agit d'une de leur priorité. "Près d'un jeune sur sept est en recherche d'emploi mais est dans l'incapacité d'en trouver un. La création d'emplois est extrêmement importante pour nos jeunes" a t-il affirmé lors d'une conférence de presse.

La croissance des prix à la consommation a elle aussi ralenti, atteignant 1,1% en juillet contre 1,3% en juin.

Le taux d'inflation s'éloigne un peu plus de l'objectif de la Banque centrale européenne, pour qui une inflation inférieure mais proche des 2,0% sur un an est le signe de la bonne santé de l'économie.

Cette situation devrait conforter les anticipations d'une nouvelle phase d'assouplissement monétaire au sein de la zone euro.

La BCE devrait dévoiler un ensemble de mesures, notamment des réductions de taux et éventuellement des achats supplémentaires d'obligations de la zone euro.