Ryanair pourrait supprimer jusqu'à 1500 emplois

Ryanair pourrait supprimer jusqu'à 1500 emplois
Tous droits réservés REUTERS/Hannah McKay
Par Sophie SamailleEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La compagnie a invoqué de mauvais résultats financiers et des retards de livraison des Boeing 737 Max.

PUBLICITÉ

Moins de deux ans après l'annulation de centaines de vol pour cause de pénurie de pilotes, la compagnie aérienne Ryanair estime aujourd'hui être en sureffectif.

Dans une vidéo adressée aux 17.000 salariés du groupe..Le directeur général, Michael O’Leary a annoncé la suppression de près de 1500 emplois. "Nous avons déjà un excédent de plus de 500 pilotes et d'environ 400 membres d'équipage de cabine, parce qu'il n'y a presque pas eu de démission depuis janvier 2019."

Le directeur général s'inquiète aussi des conséquences du Brexit sur les sites britanniques et les implantations irlandaises de la compagnie. 

Les résultats trimestriels publiés lundi sont mauvais avec des bénéfices qui ont reculé de 21% par rapports aux résultats de 2018 et le prix moyen du billet qui a chuté de 6% en un an.

Selon le directeur général les retards de livraison des Boeing 737 Max sont aussi en cause, alors que la flotte Boeing est toujours bloquée au sol après deux accidents tragiques. 

Pour justifier sa décision, Michael O'Leary a aussi évoqué la hausse des frais de personnel. Une concession faite par la compagnie à ses pilotes après des mois de grogne sociale en 2018. 

Souvent critiqué, Michael O’Leary a accepté de réduire 50% de son salaire et son bonus annuel maximum

Mais il pourrait se voir attribuer une prime de 100 millions d'euros, si le groupe enregistrait de bons résultats pour les 5 prochaines années.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vers de nombreuses suppressions de postes chez Ryanair

Malgré l'augmentation de son trafic passager, le bénéfice de Ryanair baisse

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service