Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La communauté indigène Nasa prise pour cible en Colombie

La communauté indigène Nasa prise pour cible en Colombie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En Colombie, la communauté indigène Nasa une nouvelle fois prise pour cible.

Mardi, un dernier hommage a été rendu à Eugenio Tenorio, 46 ans, et Kevin Mestizo, 23 ans. Les deux hommes issus du peuple Nasa ont été assassinés samedi dernier dans le Cauca, un département durement marqué par le conflit colombien et disputé par les groupes armés en raison notamment de sa position stratégique pour faire sortir la cocaïne du pays.

Selon le Défenseur du peuple, les responsables des ces meurtres seraient des dissidents de l'ancienne guérilla des Farc qui n'ont pas adhéré à l'accord de paix signé en 2016 avec le gouvernement colombien.

Ces nouveaux assassinats ont été condamnés par l'agence de l'Onu chargées des droits humains en Colombie. Cette dernière appelle l'Etat colombien à agir d'urgence pour protéger physiquement et culturellement les Nasa.

L'agence des Nations Unies rappelle que depuis le début de l'année 2019, 36 membres de cette communauté indigène ont été assassinés et une cinquantaine d'autres menacée.

Depuis de nombreuses années, les Nasa payent un lourd tribu en Colombie pour leur opposition à la présence sur leur territoire de groupes armés (armée régulière, paramilitaires ou guérilleros), ou encore de multinationales qui convoitent leurs richesses naturelles.

Plus de 700 leaders sociaux assassinés depuis 2016

La situation vécue par les Nasa reflète une situation encore plus préoccupante au niveau national : depuis la signature de l'accord de paix avec les Farc en 2016, plus de 700 leaders sociaux auraient été assassinés en Colombie selon l'ONG Indepaz.

Parmi eux de nombreuses personnes indigènes, mais aussi des élus ou des militants engagés pour récupérer les terres volées, retrouver les disparus, empêcher la déforestation, protester contre les entreprises minières ou contraindre l'Etat à remplir ses devoirs.