DERNIERE MINUTE

Semaine cruciale en Italie : le Premier ministre va-t-il démissionner ?

Semaine cruciale en Italie : le Premier ministre va-t-il démissionner ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'Italie a connu son été le plus chaud de la décennie - pas seulement pour les Italiens ou les touristes, mais aussi pour la classe politique. Une crise gouvernementale, quand tout le pays est en congé, ne s'était jamais produite auparavant. Cela a été déclenché par l'homme fort italien, Matteo Salvini. Le ministre de l'Intérieur a tenté de renverser le gouvernement, mais le Premier ministre Giuseppe Conte qui s'adressera demain au Sénat, n'a pour l'instant pas démissionné.

Le plan de Salvini est de faire tomber la coalition formée avec le mouvement 5 étoiles, de tirer profit de la popularité actuelle de son parti et d’obtenir ce qu’il appelle les "pleins pouvoirs". Mais quelle est la prochaine étape?

"Je pense que le président de la république, Sergio Mattarella -c'est ce que je crois mais il ne le déclarera jamais- ne veut pas revenir immédiatement aux urnes, il préfère un gouvernement par intérim et veut éviter que le projet de loi de finances de l'Italie soit voté trop près du moment où les gens vont aux urnes, explique Fulco Lanchester, professeur de droit à l'université "La Sapienza". Ce serait dévastateur pour le pays »

Hier, son allié dans la coalition, le mouvement 5 étoiles, a annoncé que Salvini n'était plus un partenaire crédible. Ses membres envisagent de s’associer pour former une nouvelle coalition avec le Parti Démocrate, afin d’écarter Matteo Salvini.

«Etant donné qu'en septembre, il n'y aura pas de vote de confiance contre Salvini -afin d'éviter que la situation ne s'aggrave- Salvini a pensé à une élection anticipée comme une solution possible, mais lorsqu'il a compris qu'il pourrait être difficile de retourner aux urnes, il a voulu sauver son poste," ajoute le professeur Lanchester.

Les analystes politiques s'accordent sur le fait que le vice-Premier ministre a choisi le mauvais timing et se demandent si ce n'est que le début du déclin de Salvini.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.