DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Boris Johnson à Berlin et Paris en mission Brexit

euronews_icons_loading
Boris Johnson à Berlin et Paris en mission Brexit
Taille du texte Aa Aa

Premier déplacement à l'étranger pour le nouveau chef du gouvernement britannique, Boris Johnson qui a été reçu par Angela Merkel ce mercredi à Berlin, où il a reçu les honneurs militaires.

"Backstop" : Merkel disposée à trouver une solution

Au cœur de cet entretien, l'éternelle question du Brexit, alors que l'ex-maire de Londres plaide pour une alternative au "backstop". La chancelière allemande s'est dite disposée à trouver des solutions concrètes, mais ne transigera pas sur la frontière entre les deux Irlande, qui menacerait à la fois la paix dans la région, ainsi que l'intégrité du marché unique européen :

"Il y a deux positions, qui sont toutes les deux correctes. La première, c'est que le Royaume-Uni souhaite quitte l'Union européenne. La seconde, c'est que l'accord du Vendredi Saint doit être préservé. Il n'y a pas que le Royaume-Uni qui le dit, mais aussi les États membres de l'Union européenne, et notamment aujourd'hui la République d'Irlande. A nous désormais de trouver un moyen d'accorder ces positions. Ce n'est pas chose facile, mais nous devons tenter de trouver une solution", a déclaré Angela Merkel_.
_

Johnson : "pas de contrôles douaniers en Irlande du Nord''

Le Premier britannique Boris Johnson a, lui, tenu à clarifier sa position sur les deux Irlande : "Le Royaume-Uni ne mettra en aucun cas en œuvre des contrôles, des contrôles douaniers ou n’importe quel type de contrôle à la frontière de l'Irlande du Nord. J'espère que ce point est clair. Nous pensons qu'il existe des moyens de protéger l'intégrité du marché unique de l'UE sans faire de telles vérifications à la frontière. Et c’est clairement ce sur quoi nous devons travailler."

Devant la chancellerie à Berlin se sont rassemblés quelques manifestants anti-Brexit. Boris Johnson l'a promis : le Royaume-Uni sortira de l'Union européenne d'ici le 31 octobre, avec ou sans accord. Le scenario d'un "no deal" est aujourd'hui celui envisagé par la France, a indiqué l’Élysée, où Boris Johnson sera reçu ce jeudi par le président Macron.